En Côte-d’Ivoire des parlementaires exigent la délivrance de son passeport ordinaire de citoyen à Soro

Emma ASSEMIEN

Le groupe parlementaire ivoirien Rassemblement a exigé mardi la délivrance d’un passeport ordinaire à l’ancien président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro qui n’en dispose pas depuis “août”, a déclaré le député de Fresco (sud ouest ivoirien) Alain Lobognon, à une conférence de presse.

“Le groupe parlementaire rassemblement exige la délivrance sans délai de son passeport ordinaire au président Guillaume Soro”, a indiqué M. Lobognon.

Selon lui, depuis “août”, M. Soro est frappé par “une interdiction de lui délivrer” un passeport ce qui “le rend inéligible à tout déplacement”.

Guillaume Soro “est curieusement frappé par une inadmissibilité d’entrer aux Etats Unis jusqu’à lors pour des raisons inconnues mais inimaginables dûes à sa volonté de se porter candidat” à l’élection présidentiontielle en 2020, a dénoncé M. Lobognon.

“Est-ce l’œuvre d’adversaires politiques qui ont concocté des rapports (…) de lien supposé avec des activités terroristes”, s’est interrogé le député de Fresco, ajoutant “toujours est-il que les deux personnalités (dont M. Soro cités dans ce rapport ) ont vu tour à tour leurs visas annulés”.

Samedi, en Espagne, M. Soro avait affirmé être “interdit d’avoir un passeport sans explication”.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires Facebook

2 réflexions au sujet de “En Côte-d’Ivoire des parlementaires exigent la délivrance de son passeport ordinaire de citoyen à Soro”

  1. Juste pour information
    Comment on s’établit un passeport ivoirien ordinaire lorsqu’on réside à l’étranger?
    Citoyen lambda que je suis, j’ai dû revenir au bled pour renouveler ce document administratif quand il est arrivé à expiration bien que je me suis rendu à notre ambassade.
    Existe t’il des dispositions particulières nouvelles aujourd’hui ? Juste savoir et éclairer ma lanterne.

    À chacun sa lorgnette !!

  2. RÉPONSE A @QUOI
    ===============

    S’établir dans un délai raison un passeport biométrique en étant membre de la Diaspora Ivoirienne, dans sa position hors du territoire national est un pari important pour notre administration nationale.

    Point n’est plus besoin de faire ici la contribution au développement national de cette frange de la population.

    Face aux phénomènes accrus de fraude et d’usurpation d’identité qui frappaient les documents papiers des anciens passeports, les polices des frontières des Etats en relation avec les organisations internationales de la Mobilité, des nouveaux mécanismes de contrôle plus sécurisés contenus des documentations officielles de référence dont la Doc 9303 (et ses annexes) portant sur une restructuration des spécifications de l’OACI relatives aux Documents de Voyage Lisibles à la Machine (DVLM).

    Dans la pratique cela à consister à créer de nouveaux passeports intelligents plusieurs composantes de contrôle hautement fiables, dont les filigranes, les guilloches, le système d’irisation invisible révélée sous UV, les hologrammes, les micro lettrages, l’encre optique variable, les images fantôme et images lenticulaires etc.

    Fini le temps où il suffisait d’une simple signature du feu Colonel Yapo ASSEKE, des Commissaire N’ZI Konan Jules, Félix Gnayoro Grah, ASSOMA Kodia Théodore ou Touvoly Vincent et j’en passe et votre Passeport était prêt et utilisable ! Ce passeport était prolongé à expiration deux (2) fois ans par un Représentant de l’Ambassade de votre pays de résidence…C’était cool…

    Avec ce système il fallait aller fouiller à gauche et à droite plusieurs bases documentaires sous forme papier pour finaliser la vérification.

    En plus, à un point de contrôle la relation entre le détenteur du document et le document lui-même n’était pas non répudiable !

    Dans les anciens passeports, la page 2 était consacrée au signalement (visuel) de l’individu et la page 3 à sa photo. D’où les multiples fraudes à l’identité dans les aéroports et postes frontières avec leurs lots de conséquences néfastes !

    Pour répondre aujourd’hui aux exigences de Note 9303 et annexes de l’OACI, il faut que les Etats disposent, en dehors du contrôle traditionnel des documents exigés, de tout l’arsenal technique de prise en compte des paramètres biométriques de l’individu à son enrôlement et de production avec les toutes les dernières technologies sécuritaires citées plus haut et qui sont intégrées non seulement dans les feuilles du passeport mais aussi dans la fameuse puce, elle-même qui est par ailleurs désormais une composante incontournable de ce précieux sésame !

    D’où la nécessité de de disposer de points focaux territoriaux garantissant un fonctionnement optimal selon les spécifications techniques de chaque composant, et où seraient donc regroupés les infrastructures, les points d’accès sécurisé au réseau internet et à la base de données de la police nationale, le personnel ayant les compétences et la formation à jour pour l’exploitation de ce système.

    Avant bien entendu L’impression sécurisée dudit passeport et sa signature et l’enregistrement par l’autorité ayant le pouvoir.

    Or le temps presse !

    Selon les chiffres officiels, Les Ivoiriens résidant à l’extérieur constituent une communauté importante estimée à environ 1.240.000 personnes. A ceux-là des détenteurs et requérants de ces titres de voyages pour besoin de renouvellement suite à l’expiration ou à la perte voire la détérioration, il faut désormais ajouter les multiples demandeurs dont une frange importante de notre jeunesse et qui font la queue chaque jour dans les centres d’enrôlement.

    Or en moyenne on y traite 100 à 150 dossiers par jour dans chaque centre… Donc avec toutes les extrapolations 720 000 passeports pourraient être émis par an avec les dispositions actuelles ! Malgré tout l’effort de nos braves agents de la Police et de l’Office National de l’Etat Civil et de l’Identification, en abrégé ONECI, chargée notamment de l’identification et de la production des titres sécurisés…

    Monsieur le Ministre Ally Coulibaly, LES BESOINS SONT DONC IMPORTANTS DANS CE DOMAINE ET QUI PERMETTRONT D’ACCROITRE LA CONTRIBUTION DE NOTRE DIASPORA AU DÉVELOPPEMENT…

    Pour faire aujourd’hui dans nos ambassades, ces traitements déclinés dans les différents processus expliqués ici, il nous faudrait de véritables AMBASSADES ! Et non seulement de simples postes consulaires.

    MAIS L’ETAT DE COTE D’IVOIRE DU PRESIDENT ADO LE PEUT !

    Du personnel compétent, on en a dans nos ambassades. L’Etat émergent de Côte d’Ivoire doit leur offrir les accompagnements en rapport avec notre qualité de puissance régionale !

    Nos Diplomates pour compétents qu’ils soient, sont parfois noyés dans une gestion quotidienne un peu lourde ! Déjà que certains politiciens pensent à tort ou à raison (?) que nos diplomates doivent faire les coursiers de tous les hommes politiques en villégiature ou en conflit avec leurs hôteliers …

    Tiens ! Le Président ADO se rendra du 23 au 26 octobre 2019 à Sotchi pour le premier sommet Russie-Afrique consacré à la paix, à la sécurité et au développement.

    Coucou en passant à mon ami Rogers, brillant garçon, digne Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République de Côte d’Ivoire près la Fédération de Russie ! Du terminus 40 de Yopougon au voisinage de Poutine, quel beau parcours Champion ! Certains adorent les raccourcis quand on leur demande d’aller à l’école et de terminer leur cursus… Bravo Rogers !

Les commentaires sont fermés.