Quelques 200 immigrés Nigériens interceptés à Niablé en Côte d’Ivoire

Depuis le début du mois de janvier, la ville frontalière de Niablé, en Côte d’Ivoire, fait face à une arrivée massive de migrants illégaux en provenance du Niger. Suite à cette situation, le gouvernement ivoirien a été saisi pour prendre des mesures appropriées.

Niablé, située à l’Est du pays à 239 km d’Abidjan, est le théâtre de cette arrivée massive de migrants en provenance du Niger au cours des dernières semaines, a-t-on appris des autorités locales.

Durant la semaine du 10 au 17 janvier, deux vagues successives de 18 et 91 personnes, composées d’hommes, de femmes et d’enfants, ont été interceptées par les forces de l’ordre à Niablé, puis reconduites à la frontière ghanéenne à Takikro.

« Libre circulation »

Toutefois, les autorités ghanéennes ont refoulé ces migrants vers la ville de Niablé. Le mercredi 17 janvier, une troisième vague de 140 personnes en provenance du Niger a été appréhendée par les forces de défense et de sécurité ivoiriennes.

La Côte d’Ivoire, en tant que membre de la CEDEAO et de l’UEMOA, adhère aux traités sur la libre circulation des personnes. Cependant, l’application de ces droits se heurte parfois à des considérations de souveraineté.

L’article 91 du traité de l’UEMOA stipule que les ressortissants des États membres bénéficient de la liberté de circulation et de résidence sur l’ensemble du territoire de l’Union, avec certaines réserves liées à l’ordre public, à la sécurité publique et à la santé publique.
Des décisions fortes attendues

Face à cette affluence, les autorités administratives de Niablé ont tenu une réunion d’urgence le jeudi 18 janvier.

La réunion, dirigée par la SG1 de la Préfecture avec la participation du SG2, du préfet de police et du DR CNSLP, a décidé de saisir les autorités gouvernementales après l’interception de cette nouvelle vague de 140 migrants.

Linfodrome.com

Commentaires Facebook

1 réflexion au sujet de « Quelques 200 immigrés Nigériens interceptés à Niablé en Côte d’Ivoire »

  1. Et après ce sont les panafri-cancres, pardon pseudo-panafricanistes, supporters des voyous en treillis comme Tchiani, Goita et Traoré, qui viendront donner des leçons et parler de “sous-préfecture” wue serait notre pays. Eh beh, pourquoi courir vers la sous-préfecture française et ne pas rester dans les sous-préfectures russes ? Eh bêh, que les panafri-cancres viennent récupérer ces migrants pour les amener dans les sous-préfectures russes. Ce ne serait que logique, n’est-ce-pas ? Nous sommes fiers et très bien ici dans la sous-préfecture française si cette expression fait plaisir à ces plaisantins….

    Sur notre échiquier politique, il serait bien d’entendre la position des rigolos du ppaci de l’arnaqueur et gueulard Koudou sur cette actualité. Idéoloquement, malgré leur appellation, le ppaci et ses dirigeants sont d’obédience d’extrême droite à l’image des partis nazis et lepenistes. On les a vus quand ils gouvernaient ce pays où le sectarisme, tribalisme et les étrangers étaient quotidiennement leur “punching-ball”. Même tout récemment pendant la campagne des municipales, leurs candidats flottaient les cartes tribales et xénophobes. Juste un observateur de passage…

Laisser un commentaire