Le franc CFA devient l’une des devises les plus recherchées au Ghana et au Nigéria

(Agence Ecofin) – Le FCFA, controversé chez lui, séduit au Nigeria et Ghana où sa convertibilité stable contraste avec l’effondrement du naira et du cedi. Pourtant ces pays pèsent 60% du PIB de la CEDEAO. Son appréciation relative provoque inflation et fragilisation des revenus ruraux aux frontières. Les banques centrales se prononcent peu sur la question.

Le franc CFA, notamment celui utilisé en Afrique de l’Ouest, est actuellement l’une des devises les plus recherchées par les agents économiques présents au Ghana et au Nigeria. À l’aéroport d’Accra, la capitale ghanéenne, les voyageurs en provenance de Lomé ou d’Abidjan peuvent constater que le premier bureau de change accepte de convertir 1000 francs CFA à un taux proche de celui du dollar américain.

Au Nigeria, la demande pour la monnaie de l’UEMOA est encore plus forte, du fait de la faible disponibilité de liquidités en nairas et de la dépréciation de cette monnaie locale. Dans les bureaux de change de Lagos, 1000 francs CFA peuvent rapporter jusqu’à 1875 nairas.

Cet intérêt marqué pour le franc CFA contraste avec la perception d’une partie des populations des pays de la zone franc qui y voient un symbole de la domination économique française.

1 grapheEvolution du naira par rapport au CFA (cours officiels)

Au Nigeria comme au Ghana, ce regain d’intérêt s’explique de la même façon : la facilité de conversion et la stabilité relative de la valeur du franc CFA.

Le paradoxe réside dans le fait que le Nigeria et le Ghana représentent un marché potentiel combiné de près de 250 millions d’habitants, soit environ 60% de la population de la CEDEAO. Selon le FMI, le PIB du Nigeria devrait reculer à 394 milliards de dollars en 2024, loin des 477 milliards de 2022. Néanmoins, même affaiblies, les économies nigériane et ghanéenne cumuleraient encore 61% du PIB global de la CEDEAO et de l’UEMOA.

L’importance prise par le franc CFA dans ces deux pays ne reflète donc pas un renversement des forces économiques régionales, mais la façon dont toutes ces économies ont été affectées par des facteurs exogènes. Si le cedi ghanéen vaut théoriquement plus que le franc CFA face au dollar, il a perdu comme le naira nigérian jusqu’à 90% de sa valeur face au billet vert, tandis que la dépréciation du franc CFA est resté limitée à 19%. Face à l’euro, la monnaie de la zone Franc CFA est demeurée stable, alors que le cedi et le naira ont chuté de plus de 79% en moyenne.

L’une des conséquences de cette appréciation relative du franc CFA est une distorsion des prix dans les villes frontalières des pays de l’UEMOA, du fait du pouvoir d’achat plus important qu’il représente par rapport aux monnaies du Nigeria et du Ghana. Sur les produits transfrontaliers, les hausses de prix fragilisent des populations souvent rurales, aux revenus limités et peu évolutifs. Pour l’heure, aucun document public ne laisse penser que les banques centrales des trois zones économiques coopèrent sur cette question.

Commentaires Facebook

1 réflexion au sujet de « Le franc CFA devient l’une des devises les plus recherchées au Ghana et au Nigéria »

  1. Mais c’est clair comme l’eau de roche ça. C’est un secret de polichinelle ça. Le FCFA est une monnaie dotée d’un calibre dont les pacotilles monétaires comme le Naira et le Cedi ne peuvent qu’en rêver. Seuls les panafri-cancres, pardon panafricanistes, autoproclamés qui dans leur ignorance maladive tentent de cacher le soleil avec une main. En tout petit exemple, ceux et celles qui voyagent un peu le savent. Le CFA s’échangent en Europe et bien. On peut même y faire un retrait avec sa carte d’un compte bancaire logé ici même au pays. Allez essayer ça avec les pacotilles monétaires ghanéen et nigérian. C’est un fait.

    In fine, c’est pas l’appellation d’une monnaie (dollar, euro, kwanza, CFA, rouble, real, etc…) qui fait sa valeur ou importance ou viabilité. Mais c’est plutôt sa capacité à assurer les fonctions fondamentales d’une monnaie. Et en cela, le CFA, comparé au Cedi ou Naira, est inattaquable et excellent. D’aucuns comprennent-ils maintenant pourquoi le Nigéria ne fait que saboter l’avènement de la monnaie unique Eco ? On avance…

Laisser un commentaire