2002-2011 en Côte d’Ivoire: Les ombres de la guerre française (pompier pyromane)

Luigi Elonguile, 20 décembre, 2018 Source: Afrique-asie.fr

Pendant neuf ans, la France a œuvré à la reconquête de la Côte d’Ivoire, où le président Gbâgbô était considéré comme une menace pour ses intérêts. Pour le renverser et face à une résistance populaire inattendue, Paris a eu recours aux opérations secrètes et à l’action psychologique, piliers de la doctrine anti-insurrectionnelle de son Ecole militaire.

Un pompier pyromane. L’ingérence française en Côte d’Ivoire d’Houphouët-Boigny à Ouattara (Editions Agone / Survie, 536 P – 20 euros) de Raphaël Granvaud et David Mauger apporte des nombreux éclairages sur la guerre menée par la France en Côte d’Ivoire entre 2002 et 2011.

L’ouvrage s’inscrit dans les « grands travaux » de rétablissement des faits offusqués ou transfigurés par la vulgate officielle. Une tâche titanesque -si l’on considère les dix ans d’une désinformation bien orchestrée et structurée- à laquelle se sont déjà attelées Fanny Pigeaud avec France Côte d’Ivoire. Une histoire tronquée, paru en 2015, et, en moindre mesure, Leslie Varenne avec Abobo la guerre, en 2012.

L’ouvrage de Granvaud et Mauger est une véritable summa rédigée avec rigueur historienne. Du lourd dans la confrontation méticuleuse des sources et la recherche en profondeur de documentation. Un pompier pyromane est une base indispensable à la reconstruction des événements brouillés par les spécialistes de la manipulation. Les autorités françaises et le journalisme « embedded », mobilisés au soutien des communicateurs de l’armée, ont élaboré un grand récit que les auteurs démontent pièce par pièce.

Désinformation massive et journalisme embedded

Avec un argumentaire solide et preuves à l’appui, Granvaud et Mauger démontrent par exemple, que la nuit du 19 au 20 septembre 2002 c’est bien une tentative de putsch qui a eu lieu et non une mutinerie ; que les manifestants des journées de novembre 2004 ne brandissaient pas des kalashnikov, comme l’on a voulu faire croire ; que ceux qui ont juré sur les charniers, pas vraiment avérés, attribués à Gbâgbô, ont rendu invisibles ceux, plus certains, de ses adversaires ; qu’en avril 2011, les hélicoptères de combat de la France larguaient les bombes sur les civils, alors que sa diplomatie affirmait protéger la population des armes du camp gouvernemental.

L’évidence des faits se manifeste pendant que l’écran de fumée se délite. Les lecteurs suivront la succession des événements qui balisent les étapes de la reconquête non avouée : de septembre 2002 à la capture de Gbâgbô, le 11 avril 2011, suivie par le retour en pompe de la Françafrique triomphante et en passant par le déploiement de la force française Licorne, les « Accords » de Marcoussis en 2003, le novembre noir de 2004, le ballet diplomatique…

La « guerre révolutionnaire »

La lecture d’Un pompier pyromane est stimulante et suggère des pistes de recherche et de réflexion.

On peut en énumérer les plus importantes.

Primo : la France a mené en Côte d’Ivoire une guerre globale dont la bataille médiatique a été un aspect déterminant. Elle a rythmé l’alternance de la paix armée et de la belligérance. Ce qui est prescrit dans la doctrine de guerre française, où l’action d’influence via l’embrigadement des médias « sert avant tout la force militaire dans la poursuite de ses objectifs, soit en appui, soit en alternative à la violence et à la menace » (1).

Secundo : dans la conduite de cette guerre contre le pouvoir incarné par Laurent Gbâgbô, la France s’est trouvée face à la résistance populaire qui s’est invitée dans la crise : la « foule comme acteur public », pour partager une expression employée par Achille Mbembe dans la description des événements de septembre 1945 à Douala (Cameroun).Une variable inattendue et qui a souvent grippé le dispositif communicationnel français. Visiblement en difficulté pour cacher, puis minimiser, le premier massacre des militaires de Licorne contre les manifestants désarmés des journées du 6 au 10 novembre 2004, la ministre de la Défense Alliot-Marie se justifiera en évoquant « une situation insurrectionnelle ». Granvaud et Mauger commentent ainsi : « Le terme d’’insurrection’, également prisé par certains média français pour décrire la situation, paraît singulièrement inapproprié, les manifestants ne cherchant pas à renverser mais au contraire à défendre le pouvoir ivoirien en place. A moins que l’armée française et l’ancienne métropole ne se considèrent toujours comme l’autorité légitime » (2). Ce qui était évidemment le cas. Or, à toute insurrection, toute contre-insurrection…

Tertio : la guerre menée par la France en Côte d’Ivoire a été par conséquent, une « guerre révolutionnaire », anti-insurrectionnelle. Dans son déroulement, on détecte les mises à jour des paramètres théoriques et méthodologiques de cette Doctrine élaborée une première fois par le colonel Lacheroy pendant la guerre d’Indochine. Après l’Algérie, le Cameroun et le Rwanda, la Côte d’Ivoire a fait ainsi son entrée dans les cas de figure éminents de ces guerres noires qui changent de peau pour renouer avec une tradition datant de la période coloniale. Le général Lecerf, commandant de la Licorne de juin 2006 à juillet 2007, décrira l’opération Licorne comme un « laboratoire ». On le lit dans la revue trimestrielle des forces terrestres : « C’est surtout dans le domaine du renseignement et des opérations militaires d’influence… que les expérimentations ont été les plus nombreuses » (3). Elève de l’Ecole supérieure de guerre à Paris et professeur au Collège interarmées de Défense, cet ancien patron de la Force terrestre décédé en 2011 était un théoricien de la Doctrine. A propos des massacres des civils en novembre 2004, il expliquera, sans état d’âme, qu’il vaut mieux que « l’emploi de l’arme de guerre sur une foule advienne le plus tard possible. Mais nous ne nous posons aucune question métaphysique ; nous employons nos armes dès que cela est nécessaire » (4).

Un novembre noir

Suivant la reconstruction des faits de Granvaud et Mauger, on voit s’éclaircir les points obscurs confirmant le caractère occulte de la guerre. Cela même si les auteurs lèvent plus d’un coin du voile posé par le récit officiel.

Toutes les ombres n’ont pas pas encore été dissipées sur le cours des événements, à partir du début -le putsch raté du 19 septembre 2002 -où les interrogations persistent sur sa dynamique, le rôle de certains acteurs ivoiriens ou régionaux et les raisons de son échec- et jusqu’à l’offensive finale contre le camp Gbâgbô, avec la capture de ce dernier, où on aura du mal à compter les victimes de l’armée française pendant sa progression et les bombardements sur Abidjan.

****

Si on se focalise sur le « novembre noir » 2004, où les événements s’enchaînent jusqu’à l’embrasement, on est dans l’épicentre des manœuvres secrètes et des stratégies opaques. Et cela, paradoxalement, permettra de voir plus clair dans les développements de la crise.

En mai 2004, le commandement de l’opération Licorne, géré à rotation annuelle, est confié au général Henri Poncet, un officier au profil et à l’expérience de politique et à la fois de théoricien, qui influencera le cours de cette histoire avec sa personnalité et son mode opératoire.

Ancien professeur aux Etudes opérationnels de l’Ecole de guerre, ce parachutiste issu des troupes d’infanterie de marine héritières de l’armée coloniale a été conseiller Afrique du ministre de la Défense Million et, suite au changement de majorité, de son successeur Alain Richard. En 1992, le fleuron des forces spéciales françaises, le Commandements des opérations spéciales (COS) voit le jour. A boulevard St Germain (siège de l’EM de l’armée de terre), personne ne fait mystère du nom de son concepteur… Le général est un idéologue féru de la Doctrine et de sa manière de « faire la guerre autrement », ce qui nécessite, selon ses dires, « la désinformation, la manipulation, tout en restant dans des limites acceptables » (5). Officiellement chargé de l’évacuation des ressortissants français à la tête de l’opération Amarylls en 1994 au Rwanda, en plein génocide, le général remplit de génocidaires les avions affrétés. La mission a été plus tard considérée comme un feu vert donné aux exécutants de l’extermination qui agissaient sous les yeux de ses soldats. Ceux-ci ne bronchaient pas tout en « conseillant » aux Casques bleus belges de la MINUAR, qui voulaient intervenir, de ne pas se mêler de ces « conflits interethniques ». Poncet assurera le commandement du COS, son bébé, de 2001 à 2004, juste avant de s’embarquer pour Abidjan avec les « meilleurs éléments » des trois armées (6). Quelques dizaines de ses commandos arriveront aussi dans ses valises et joueront, on le verra, un rôle important.

Le premier massacre

Au début de ce novembre noir, Laurent Gbâgbô lance son armée, les FANCI, à la reconquête du Nord occupé par la rébellion de Forces Nouvelles (FN), qui est à l’origine du coup d’Etat raté de septembre 2002. Poncet veut empêcher l’offensive gouvernementale en bloquant avec ses camions les pistes de décollage de l’aéroport d’Abidjan. Il demande à l’Elysée un feu vert qui n’arrivera pas… L’offensive des FANCI progresse et au soir du 5 novembre, les autorités françaises sont informées que le lendemain les FANCI seront à Bouaké, fief d’une rébellion en train d’être défaite ! Gbâgbô lui, il est en train de gagner la guerre quand, ce jour-là, le 6 novembre, des avions Sukhoï de son armée de l’air bombardent une base française à Bouaké en tuant neuf soldats. La réaction de Poncet est immédiate : tous les appareils des FANCI sont vite détruits. L’Elysée, cette fois-ci, n’a reçu aucun coup de fil de sa part. Poncet a agi sans rien demander. Seul ?

L’offensive gouvernementale de facto est arrêtée, mais les Ivoiriens sont outrés par la violence de la riposte française et, à la tombée de la nuit, des milliers de manifestants convergent sur les ponts menant à la base française. Poncet ne se pose alors, lui non plus, « aucune question métaphysique » et ordonne de tirer sur la foule. On comptera environ 70 victimes et des centaines de blessés. Quelques heures auparavant, il avait déclaré : « Je veux des morts ivoiriens ». Il les avait.

Quid des pilotes biélorusses des Soukoï responsables du bombardement de Bouaké disparus dans la nature ? Mystère d’autant plus troublant que tous, (y compris Poncet), s’accordent à nier que l’initiative meurtrière soit venue de Gbâgbô. Alors, qui a donné l’ordre ?

On sait, des années après et suite à des nombreuses enquêtes judiciaires et de presse, qu’à leur rentrée à l’aéroport de Yamoussoukro, les pilotes ont été pris en charge par les hommes du COS, gardés pendant quatre jours et exfiltrés au Togo, où leurs traces ont été perdues. En 2016, la juge d’instruction française Sabine Kheris demande le renvoi devant la Cour de justice des anciens ministres Dominique de Villepin, Michèle Alliot-Marie et Michel Barnier, considérés parmi les responsables de l’exfiltration. Selon Maître Balan, avocat des familles des soldats français tués à Bouaké, le contenu du dossier pourrait justifier le « renvoi devant une cour d’assises pour être jugés en tant qu’auteurs, co-auteurs ou complices de l’assassinat des soldats français ». D’après lui, le bombardement de Bouaké est « une tentative ratée de coup d’Etat » : une provocation à attribuer à Gbâgbô pour arrêter son offensive dans le Nord et préliminaire à son renversement (7).

L’ombre du crime d’Etat sur fond de machination se profile. S’agit-il du genre de la manipulation évoquée par Poncet dans sa plaidoirie pour la guerre autrement ? Un lobby militaire avec des « protecteurs » au sommet de l’Etat, aurait-il sacrifié neuf des siens pour barrer la route à un Gbâgbô en train de rebondir ?

Les mystères des Soukoï

Ce qui est sûr, c’est qu’une main noire opère en ce novembre 2004, au sein de l’une de ces « hiérarchies parallèles » si chères à la Doctrine de la « guerre révolutionnaire » (DGR).

Il est maintenant acquis que Chirac n’as pas donné à Poncet l’ordre de détruire la flotte aérienne de Gbâgbô. Le journalisme embedded n’étant pas exempt de fissures, cinq semaines après les faits Le Nouvel Observateur relate une fuite au ministère de la Défense, une source faisant filtrer que « quand le président a appris la riposte, elle était déjà en train de se faire ». Puis, comme avec le temps les langues se délient, Libération confirmera, en 2014, que l’initiative fut prise par le général Poncet (8). Qui aurait agi sous « conseil » du général Georgelin, chef d’Etat-major de Jacques Chirac, selon l’une des plumes de la Grande Muette, Jean-Christophe Notin, qui l’écrit dans son ouvrage Le crocodile et le scorpion, parue en 2013 (9).

Les deux officiers ont-ils court-circuité le chef de l’Etat, dont la conduite ambiguë agaçait les cercles militaires résolus à en finir avec Gbâgbô ?

Quoi qu’il en soit, une proximité de sensibilité entre Poncet et Georgelin est attestée dans leurs CV : les deux officiers se succédant, entre 1997 et ’99, dans la structure de commandement de la 11ème Division Parachutiste (DP), où sont recrutés les soldats des missions spéciales, notamment les forces opérationnelles du service action de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). Les mêmes qui, entre 1990 et 1993, ont formé les cadres de l’armée rwandaise responsable du génocide de 1994 au pays des mille collines (10). Des adeptes des guerres secrètes les deux généraux, l’un et l’autre avec une étoffe de politiciens et d’ « inspirateurs ».De Poncet, on a parlé plus haut. Georgelin, lui, a été chef de cabinet militaire du 1er ministre de 1994 à ‘97 et a fréquenté le Centre des hautes études militaires (CHEM) ainsi que l’Institut des hautes études de Défense nationale (IHEDN).

Quant au bombardement, difficile de croire que les commanditaires ne soient pas en « hiérarchie » avec ceux qui en ont réceptionné les auteurs pour les mettre sous leur protection, les exfiltrer au Togo, puis les faire disparaître. Les hommes du COS aux ordres de Poncet, comme on a vu…

Si dans le récit de Granvaud et Mauger, on privilégie une autre piste, celle de la cellule Afrique de l’Elysée sous la direction de Michel de Bonnecorse, on met aussi et bien en évidence le rôle de Dominique de Villepin comme l’un des cerveaux moteurs de l’opération. Qui pourrait l’être autant dans la première hypothèse (Poncet et le COS) que dans celle des auteurs.

La victoire aux mains nues

Après le carnage du 6 au 7 novembre, les troupes de l’ombre continuent à agir. Pendant la nuit du 7 au 8, une colonne de blindés de l’opération Licorne s’arrête devant la résidence de Laurent Gbâgbô, les canons pointés contre les fenêtres. Le scénario du coup d’Etat est en acte lorsqu’un nouveau mouvement de milliers de gens s’interpose comme un bouclier humain à protection du président. La foule s’oppose aux soldats français dans toute la zone de la résidence du chef de l’Etat jusqu’à l’Hôtel Ivoire, où le gros des forces de Paris est stationné. Ici, le face à face avec les militaires vire à une nouvelle tuerie, avec un bilan de 63 morts et de centaines de blessés. Sur le terrain, les scènes sont impressionnantes. Des corps déchiquetés, mêmes décapités. Selon un témoignage reporté par Granvaud et Mauger, « ça ne peut pas être une balle de fusil d’assaut Famas (en dotation à l’armée de terre, ndr). Le calibre est trop mince. Un seul type de munitions est capable de faire autant de dégâts : le 12,7 millimètres. De celles qui équipent certaines fusils de snipers » (11) : ceux des tireurs d’élite du COS positionnés au sixième étage de l’Hôtel Ivoire (12) !

French armoured vehicles, seen in this photo released on April 3, 2011 by ECPAD (French Defence communication and audiovisual production agency), advance on a road as French military Licorne forces patrol in Abidjan April 2, 2011. France said its forces took over Abidjan airport to facilitate the evacuation of foreigners and has sent an additional 300 troops to Ivory Coast, bringing its total deployment to 1,500. Picture taken April 2, 2011. REUTERS/ECPAD/SCH Blanchet/Handout (FRANCE – Tags: CONFLICT MILITARY CIVIL UNREST) FOR EDITORIAL USE ONLY. NOT FOR SALE FOR MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS. THIS IMAGE HAS BEEN SUPPLIED BY A THIRD PARTY. IT IS DISTRIBUTED, EXACTLY AS RECEIVED BY REUTERS, AS A SERVICE TO CLIENTS

Les victimes ne plient pas la résistance et la résidence de Gbâgbô reste protégée par la foule. Paris se désiste -ou se « dégonfle », selon une expression utilisée par Poncet quelque temps après. La victoire aux mains nues, intitulera le reportage tourné sur les lieux le cinéaste ivoirien Sidiki Bakaba, témoin d’exception des événements (13). « … La foule avait entouré le palais présidentiel. Le coup d’Etat n’a pas pu avoir lieu », déclarera également Maître Balan (14).

Une erreur de Doctrine

Malgré les tentatives maladroites de la communication de l’armée -qui en un premier temps avait nié les tirs sur les manifestants et expliqué le positionnement des blindés devant la maison présidentielle par… une erreur d’itinéraire-, la vérité se fait jour. Les images du carnage apparaissent sur la télévision ivoirienne et dans un reportage diffusé en France par Canal +.

Visiblement, une erreur de stratégie se dessine. « Poncet n’a pas su anticiper la crise », écrira Libération le 5 janvier 2006. Cette erreur est, comme on l’a vu, à l’origine de l’échec du coup d’Etat, le troisième depuis que Gbâgbô est au pouvoir. Si le raz-de-marée populaire et le manque de peur des gens qui ont occupé la rue entre les 6 et 10 novembre démontrent que les armes ne sont pas si toutes-puissantes face à une très forte résistance de masse, les forces à la manœuvre au sein de Licorne et à Paris n’auraient pas prévu l’ampleur de la riposte populaire. Un problème de doctrine, dont ses concepteurs tiendront compte par la suite.

Car les masses, leur contrôle et la régulation de leurs comportements, l’occupation des esprits, doivent rester au centre de la Doctrine, ce qui n’avait pas été fait, avec les conséquences que l’on a vues.

La réputation de l’armée ayant été ternie, le commandement de Licorne se met au travail pour réorganiser le consensus sur les agissements de la Grande muette. Il se dote d’un « bureau d’études », chargé de promouvoir des « actions indirectes » qui doivent demeurer secrètes : « Jamais personne ne doit pouvoir identifier la véritable source… que les informations soient fausses ou non » (15). Cette initiative a été prise hors de la chaîne de commandement officielle : « J’ai eu à m’interroger sur l’utilité de ma présence (au sein de la force Licorne, ndlr) dans la mesure où le général Poncet s’appuyait sur des services qui m’échappaient, à savoir les forces spéciales, un bureau d’études et d’autres ‘fidèles du renseignement’ », dira l’adjoint de Poncet à l’époque, le général Renaud de Malaussène, aux fonctionnaires de la Brigade criminelle qui enquêtaient sur l’affaire Mahe, ce jeune ivoirien suspecté d’être un coupeur de route et tué par une patrouille de Licorne sur ordre de Poncet. Un autre dossier chaud et qui fera de ce dernier, pendant un certain temps, « le général le plus controversé de France ».

Mais, avec cette campagne de rectification structurelle, la prise en charge de l’arme médiatique par le forces d’élite de l’armée est une réalité qui donnera ses fruits plus tard : le militaire et sa logique sont au cœur de l’information, de toute l’information, celle des médias et l’autre, plus subtile, qui circule dans l’action psychologique.

La terreur

Six ans et demi après, quand l’épilogue de cette histoire se consomme avec d’autres protagonistes et par la capture de Gbâgbô par les forces spéciales françaises, la stratégie de la « guerre révolutionnaire », avait été assumée dans tous ses dispositifs, y compris la terreur : « ‘Les bombardements ont porté la peur à son paroxysme’ dans une capitale déjà meurtrie par les effets de l’embargo, et …. ‘la terreur des habitants …. est renforcée par les nouvelles éparses’ qui leur parviennent au sujet des massacres commis par les troupes de Ouattara(16) ». En reprenant et en complétant, dans l’avant dernier chapitre d’Un pompier pyromane, des extraits du quotidien bruxellois Le Soir du 4 avril 2011, les auteurs soulignent que cette guerre, soutenue par la manipulation médiatique et une diplomatie active dans toutes les institutions de la gouvernance mondiale, a été conduite aussi contre les populations civiles révoltées face à l’interventionnisme violent de l’ancienne puissance coloniale.

A partir de 4 avril, les bombardements des hélicoptères français sont de plus en plus intenses. Les camps de l’armée ivoirienne sont ciblés, mais l’hôpital et le supermarché de Cocody, le beau quartier d’Abidjan, ne sont pas épargnés. Et le nombre de victimes civiles demeure inconnu. A guerre noire, info occulté…

Dans le quartier populaire d’Abobo, à Abidjan, les forces françaises supportées par celles de l’Onuci appuient la guérilla du Commando invisible, un électron libre au sein des Forces Nouvelles. Pendant les affrontements précédant la chute de Gbâgbô, les corps de sept légionnaires français seront récupérés sur les lieux. Cette mini-insurrection faisait partie d’un plan de « propagande armée » : il s’agissait d’évoquer une sorte de « printemps ivoirien », anti-Gbâgbô évidemment et selon la mode politique de l’époque.

Les masses au cœur de la Doctrine

La présence de tous ces ingrédients de la guerre psychologique marque un tournant dans l’application de la Doctrine (DGR) en Côte d’Ivoire et comble les lacunes du dispositif militaire qui s’étaient manifestées au cours du novembre noir 2004.

Cette fois-ci, la crise -dans le sens des manifestations de masse anti-françaises imprévues et « ingérables »- a été bien « anticipée ». En 2004, pour ne pas avoir su prévenir le mouvement, le prix à payer, non des dizaines, mais des centaines, voire de milliers de victimes ivoiriennes, aurait été trop élevé. En 2010-2011, la diffusion généralisée de la peur dans l’ensemble du territoire, plus un maquis instrumentalisé et la manipulation systématique de l’information ont fonctionné pour bloquer toute initiative populaire.

Les populations sont au cœur de la Doctrine de la « guerre révolutionnaire » et leur « gestion » est vitale pour son application. La leçon de 2004 a été bien entendue en 2011 et la stratégie de la terreur a été actée avec succès. Y compris dans le silence sépulcral qui a occulté les morts des bombardements sur Cocody et les 800 (!!) victimes du massacre de Déukoué, dans l’ouest du pays, œuvre des partisans d’Ouattara, et dont les informations ont néanmoins circulé parmi les populations civiles.

Le stratège de l’Elysée

Laurent Gbâgbô fut ainsi renversé et, quelques mois après, expédié à la Cour pénale internationale (CPI). Les stratèges de la « guerre révolutionnaire », eux, font preuve d’une longévité politique majeure. Le général Henri Poncet, suspendu et même « blâmé » pour l’affaire Mahé -du jamais vu pour un haut gradé de l’armée depuis la guerre d’Algérie- (« Le général Poncet est tombé ! », avait crié alors et un peu hâtivement la presse), avait été en réalité muté à la tête des renseignements militaires (DRM). Tout, sauf qu’une mise au placard. En 2007, il prend sa retraite et continue à faire parler de lui quand il prone l’intervention de l’armée en territoire urbain critiquant au passage la gestion médiatique « anti musulmane » des attentats djihadistes !! En 2017, il adhère à La république en marche (LRM) et devient conseiller pour le Programme Défense et Sécurité du président Macron.

Le stratège est au sommet de l’Etat, avec ses théories à appliquer au Moyen Orient, en Afrique, sur le territoire national et… dans le Vieux Continent. L’ « Europe de la Défense», cette amorce d’une nouvelle doctrine anti atlantique qui a fait grincer les dents à Trump, c’est lui.

Avec lui, les fantômes de l’Algérie, du Cameroun, du Rwanda et de la Côte d’Ivoire hantent les hautes sphères de la Vème République. Où se confirme qu’aujourd’hui comme hier la « guerre révolutionnaire », forme moderne de la guerre française est le guide de l’action politique en externe et en interne de Paris.

Luigi Elongui

NOTES

(1) Défense et Sécurité Internationale (DSI), hors-série n° 41. Soulignement notre.
(2) Un pompier pyromane, page 205.
(3) Doctrine, n° 12 mai 2007. Cité par les auteurs à page 216 d’Un pompier pyromane.
(4) Défense et Sécurité nationale. Le livre blanc. Les débats sur La Documentation française. Cité par les auteurs, pages 205-206.
(5) Extraits d’une Tribune publiée sur le Monde et cités par Alexandre François, Le général Poncet, l’adepte de « la guerre autrement » en Côte d’Ivoire, Slate Afrique, 3 décembre 2012.
(6) Slate Afrique, article cité.
(7) Un pompier pyromane, pages 238 et 40.
(8) Un pompier pyromane, page 200.
(9)
(10) Patrick de Saint-Exupéry, L’inavouable, page 2001.
(11) Un pompier pyromane, pages 214-215.
(12) Idem, pages 212-213.
(13) Afrique Asie, décembre 2016.
(14) Un pompier pyromane, page 209.
(15) Idem, page 216.
(16) Alassane Dramane Ouattara (ADO) est l’un des protagonistes de cette longue crise. Soutenu par la France et son allié de l’époque, le président burkinabè Blaise Comparé, ADO est l’adversaire de Gbâgbô à la présidentielle qui se joue fin 2010. Ses résultats contestés ouvriront la voie à la solution militaire de la crise, pendant laquelle l’armée de la rébellion (FAFN), qui se manifeste au lendemain du coup d’Etat raté de septembre 2002, appuyée par la France, la force des NU (ONUCI) et le Burkina Faso, interviendra à soutien du « candidat » Ouattara et se rendra responsables de nombreuses exactions.

Commentaires Facebook

9 réflexions au sujet de “2002-2011 en Côte d’Ivoire: Les ombres de la guerre française (pompier pyromane)”

  1. Ce livre rouvre des plaies béantes qui auront du mal, bien du mal, à cicatriser. Mais l’éclairage nouveau participe du rétablissement de la vérité historique et il est bon qu’il (l’éclairage) soit fait. Encore un gros trou dans le voile de la légende des soudards de Bouaké “venus à bout d’une armée républicaine” bien organisée et autour de laquelle était soudé un peuple. Ce qui me chagrine, c’est que n’est toujours pas connu le nombre de morts fait par les troupes françaises au Palais du Plateau, à la résidence du PR à Cocody et partout ailleurs dans une ville de plusieurs millions d’habitants. Officiellement, ils n’ont pas tué une seule mouche.

  2. Celui qui souhaite savoir le nombre de mort ( il paraît que c’était des résistants aux mains nues)au cours des événements du palais ou de la résidence peut se référer aux images du tremblement de terre en Haïti balancées par Don Mello sur Facebook.
    Huuuum les négationnistes ont la peau dure dès.

    À chacun sa lorgnette !!!

  3. Le négationniste c est le quidam qui est convaincu que des marmitons ont réussi à vaincre l armée ivoirienne grâce à leur seul génie militaire.

    Il est le seul à ne pas avoir vu le rôle décisif et inédit de l onuci et des forces françaises.

    Si cela vous est souvent rappelé c est pour votre propre bien d abord. Si tu ne sais pas qui t a fait roi tu prendra des décisions contre lui sans le savoir et tu en subira les conséquences.

    Apparemment vous le savez très bien. C est pour cela que vous deniez à soro le statut de successeur de ouattara.

  4. Œuvre intéressante dans son déroulé mais qui comporte des failles si grosses que sa crédibilité est sujette à caution…

    On va évacuer le menu fretin rapidement…

    Pour ceux qui nient la victoire du MPCI sur les forces d’offense et d’insécurité Gbagboines spécialisées dans le meurtre de nordistes désarmés….je leur demande d’ être patients….

    En 2020 les mêmes acteurs seront présents les officiers ex FDS sont soit sur place soit en exil et les comzones et leurs hommes sont là …..le jour se lèvera bientôt….

    Concernant le petit extrait que j’ai lu….il manquait juste il était une fois au début du texte ….
    Selon l’auteur les tirs qui ont tué les manifestants de l’ivoire provenaient de 12.7mm ..aux mains de tireur d’élite ….
    Contradiction et non-sens…
    La mitrailleuse 12.7 mm est une arme collective qui peut être utilisée en arme lourde ….donc impossible aussi bien étymologiquement qu’opérationnellement à mettre en œuvre par des tireurs d’élite ….B.A.BA du premier cours d’une premiere présentation d’une formation d’un fantassin ou d’une unité d’infanterie….
    Si un journaliste qui soi-disant relate des faits militaires ne sait même pas ça il y a de quoi douter du reste de ses dires …

    Secundo

    les tirs de Sukhoi 25 proviendraient d’ordres donnés par une cellule de l’Elysee qui aurait manipulé les pilotes ….si ce n’était pas dramatique on en rirait ….on n’est pas loin de james BOND 007 …ou de SAS malko LINGE ….loool
    Ce récit montre la légèreté et le manque de sérieux de ces journalistes
    Tout d’abord nul part il ne fait mention dans cet « article» de la présence de deux pilotes ivoiriens un colonel et un lieutenant aujourd’hui décédé dans les cockpits de shukkoi…
    En effet le Shukkoi 25 est un biplace …
    Les pilotes choisis pour les missions durant l’opération indignité…euh pardon dignité étaient choisis avec des critères comme la confiance et l’appartenance ethnique..le lieutenant ( à l’époque) D.Coulibaly ne me contredira pas…
    L’armée de l’air était à cette époque commandée par le Colonel Major YAPO SEKA EDOUARD…un BAD de chez BAD …homme du sérail bombardé à la tête de cette armée par KOUDOU HIMSELF…ces hommes seraient manipulés par l’Elysee ? pitoyable…
    Il aurait été plus simple de manipuler DOGBO BLÉ BRUNOT responsable de la GR ou Ahouman NATHANAËL du GSPR…

    on voit que ces journaleux n’ont aucune notion de. la façon dont on programme et on exécute une mission de bombardement ou d’appui tactique…
    On ne va pas rentrer dans trop de détails techniques mais avant une telle mission on effectue un briefing où les cibles sont clairement définies et identifiées sur des cartes aéronautiques à vue…on trace la navigation on calcule le temps sur cible la consommation et on définit les terrains de secours…
    Lorsque TOUS les pilotes sont d’accord sur TOUTES les données on lance la mission …
    On ne peut pas manipuler des pilotes biélorusses pour qu’ils aient des targets et que les ivoiriens non manipulés aient des targets différentes…vraiment du grand n’importe quoi …

    Tertio

    Les Sukkhoi étaient deux …donc patrouille légère …l’article ne dit pas qui du chef de patrouille ou de l’ailier a bombardé une cible non définie….idiotie monumentale…la mission d’une patrouille aérienne d’appui tactique ( bombardement Air-sol) ne se gère pas avec autant de légèreté…
    Si la mission s’est faite en patrouille serrée ou en FMO ( formation manœuvre offensive) ?
    D’après les vidéos disponibles je constate qu’il s’agissait d’une FMO …dans ce cas la coordination ne permet pas d’improviser ou de changer de cibles au risque de provoquer un abordage ( collision aérienne des deux vecteurs ) …
    Si maintenant on rentre dans les détails techniques et opérationnels tous ceux qui ont un minimum de connaissances dans le domaine verront qu’ il s’agit d’un nième conte de fées concernant cette guerre .

    En effet il ne s’agit pas d’aligner des noms de généraux français ou de rapporter des paroles qui auraient été prononcées pour prouver que des snipers utilisent des 12.7 ( hérésie) ou qu’une patrouille peut subitement changer d’objectifs une fois qu’elle a décollé…

    Mais bon ,du grain à moudre pour les GORS qui se transformera en pain béni…ça peut prouver que si on analyse bien nos nazillons tropicaux n’ont pas perdu la guerre …
    Qu’à cela ne tienne …2020 n’est plus trop loin …Licorne n’est plus la l’Onuci non plus ,ni Chirac ni Sarkozy …bla bla bla ….

    Eugène sakomano sur RMC ( radio Monte-Carlo) présentait une super émission de football…nom de l’émission :
    ON REFAIT LE MATCH …

    Cette proposition est adressée à tous nos tropicaux nazillons grands adeptes et pratiquants du négationnisme et du révisionnisme….chiche ?

    Saabé ( té ande en moré)

  5. @Coigny

    <>

    Peut-être qu’en réalité il n’y en avait pas;
    Autant le gouvernement Français avait intérêt à cacher le bilan autant GBAGBO n’avait aucun intérêt à cacher le nombre de mort.
    Quel est le bilan officiel communiqué par KOUDOU et sa bande??

    On ne peut pas accuser aujourd’hui la France d’avoir fait silence sur un événement là ou le concerné lui-même est resté “bobo”

  6. @mantape

    Pour l hôtel ivoire, les témoins oculaires et victimes sont bien vivants…

    Pour le bombardement, on se demande pourquoi cette affaire a autant d entraves aussi bien au niveau de l enquête qu’ au niveau des exigences de la partie civile…en france

    Si votre raisonnement sur cet officier de l armée de l air et sur les bad n avait pas de sens on se demande pourquoi il n y a aucun bad à la tête des responsables de notre armée lors des dernières nominations.

    Bref comme @quoi vous ne voulez voir que ce que vous voulez voir…

    @Dekani
    Il y a plein de victimes qui refusent de parler ou de témoigner pour diverses raisons. Ça ne leur enlève pas le statut de victime
    .

  7. @moyamou cinétique moncon alias Marianne

    Toi tu as le droit de croire ce que tu veux ….c’est le problème de ta meute de canidés nazis haineux….

    Tu n’as aucun argument technique à revendre qui te permettrait de l’ouvrir sans dire tes stupidités habituelles d’après ce que je lis …..

    Les témoins sont vivants ..en effet tu n’inventes pas l’eau chaude là….on te parle de termes précis ….des tireurs d’élite qui mettent en œuvre une millitrailleuse de 12.7
    Des pilotes de combat ivoiriens qui définissent des cibles en fonction d’instructions reçues depuis l’Elysee ( on ne sait pas par quel canal de transmission….n’importe quoi…)
    Voilà des indices qui prouvent que nous sommes plus proches de contes et légendes qu’un récit basé sur des rapports militaires ….
    Mon raisonnement sur les BAD ….peux tu te servir du peu de bon sens dont tu es doté pour expliciter ta pensée ?
    Pourquoi la France n’a pas voulu se répandre à propos du bombardement…j’en ai une petite idée…ce n’est pas forcément la bonne mais j’ai une piste …et toi ? Pour toi c’est parce qu’ils ont fait bombarder et tuer leurs propres soldats ?
    Vraiment plus con qu’un GOR ça semble dur à trouver …

    Saabé

  8. Les gens sont devant l hôtel ivoire ils assistent en direct à la scène vous vous êtes en djossi en France vous racontez des balivernes “techniquoides”.

    A partir de cette vérité visuelle incontestable, le reste de vos raisonnements est frappé de théoricien.

    Français tu vas tuer leur ressortissants gbanzran???? Et ils vont cacher et brouiller l enquête??

    Répéter et argumenter un mensonge n en fait pas une vérité.

  9. Tu es tellement con et idiot que c’est de plus en plus dur de répondre à tes aboiements….

    Tu es vraiment mieux avec les canidés de ta race indéterminée….

    Non seulement tu as de très graves problèmes d’orthographe…( pas étonnant pour quelqu’un qui suivait bêtement BLÉ GOUDÉ) mais en plus tu as de graves problèmes de compréhension….

    Si tu n’étais pas aussi con et stupide tu comprendrais que mon point soulevé n’est pas la fusillade mais sa description….qui prouve que le journaliste est aussi idiot que toi et raconte des conneries ….on voit que ni lui ni toi n’avez la moindre notion dans le domaine des armes ….je ne vais donc pas insister plus que ça ….

    Quant au bombardement aérien c’est un domaine encore plus technique et te demander de comprendre ou d’en avoir une notion serait équivalent à te demander de comprendre le triangle de PASCAL sachant que tu as largement montré ton idiotie ta stupidité ton incurie et finalement ton bas niveau scolaire en nous parlant d’une energie cinétique maximale en début de chute ( plus con que toi c’est dur à trouver je t’assure ) ..
    Alors sale tapette haineuse et nazi tu peux dire et penser ce que tu veux tu es libre mais nous qui avons un niveau qui nous permet de déceler des aberrations ( chose qui t’es impossible) ne nous priverons de relever les invraisemblances….
    Quant à toi A l’impossible nul n’est tenu ….tu n’y comprends rien ce n’est pas de ta faute …tu aurais fait l’école coranique de SINDOU comme moi tu aurais peut être acquis un embryon d’intelligence….

    Djossi en France ? Si c’était le cas j’en serais plus que fier parce que dans ce cas contrairement à toi je gagnerais ma vie honnêtement sans tendre la main ou attendre les retombées des financements des meetings de la haine dits patriotiques….
    Donc même pour ça tu aurais dû fermer ta gueule à l’haleine fétide….
    Je terminerai en te disant que je suis fier de mon boulot de coxer-gnambro à la gare de gba-ha d’adjamé….et que mon boulot là aucun membre de ta meute ( qu’il soit proche ou lointain) n’aura jamais la compétence technique ni les dispositions intellectuelles pour ne serait ce qu’approcher ma profession …pauvre con .pédale que tu sois

    Saabé ( té ande en moré)

Les commentaires sont fermés.