Au Kenya lacry, canons à eau et balles réelles contre les jeunes qui protestent contre une nouvelle loi fiscale “une dizaine de morts”

Plusieurs centaines de manifestants à Nairobi ont franchi les barrières de sécurité et pris d’assaut le bâtiment du Parlement lors de manifestations contre une nouvelle loi fiscale.

Plusieurs véhicules de police et une partie du bâtiment du Parlement lui-même ont été incendiés.

La police a utilisé des gaz lacrymogènes, des canons à eau et des balles réelles contre les manifestants qui protestaient contre une nouvelle loi fiscale dans ce pays d’Afrique de l’Est.

Selon la Commission kényane des droits de l’homme, un manifestant a été tué par balle et au moins trois personnes ont été blessées par balle.

Les manifestations ont commencé de manière pacifique. Cependant, l’atmosphère est devenue de plus en plus tendue après la répression policière. Pendant l’assaut contre le Parlement, des centaines de manifestants sont restés pacifiquement à l’extérieur.

La troisième lecture de la loi fiscale controversée avait alors lieu au Parlement. Une majorité de parlementaires ont voté en faveur du principe de la loi la semaine dernière.

De nombreuses personnes au Kenya craignent que la loi n’augmente encore le coût de la vie.

Des manifestants scandaient « ça suffit »

Nous sommes juste à l’extérieur du bâtiment du Parlement, dans le centre de Nairobi.

Il y a les restes brûlants d’un barrage routier et au-delà, des manifestants crient.

Autour de nous, nous pouvons voir des groupes de policiers en uniforme, certains portant des armes à gaz lacrymogènes – dont de nombreux tirs ont été tirés – ainsi que de nombreux agents de sécurité en civil armés de fusils.

Nous en avons vu quelques-uns plus tôt tirer sur la foule.

Et il y a peu de temps, dans la rue, juste devant le Parlement, se trouvait le corps d’un jeune homme qui portait un drapeau kenyan.

Il avait un impact de balle en plein milieu du front. Sa cervelle était répandue sur le trottoir.

Le sentiment parmi les manifestants est qu’ils n’acceptent pas cela de la part d’un gouvernement largement considéré comme profondément corrompu.

Avec Aljazeera traduit en Français

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire