Faé Émerse et le conte de Fées de la Côte-d’Ivoire qui sort le Sénégal, champion en titre

Le réveil tonitruant des Éléphants de Côte d’Ivoire

La CAN de la Côte d’Ivoire ressemblait jusqu’à ce lundi soir à un fiasco. Et pourtant… Les Éléphants, qualifiés en tant que meilleur troisième, ont éliminé le tenant du titre le Sénégal dans un match serré. Un réveil inespéré.

C’est ce qu’on appelle tout simplement un miracle ou revenir d’entre les morts. Il y a une semaine, la Côte d’Ivoire vivait un véritable fiasco dans sa CAN en se faisant corriger par la Guinée équatoriale (0-4) dans un match décisif pour la qualification en 8es de finale. Il a fallu attendre que le Maroc s’offre la Zambie pour valider complètement ce billet pour la suite de la compétition. Mais voilà, les Éléphants récupéraient un cadeau empoisonné avec le Sénégal qui avait roulé sur les phases de poule.

Entre temps, l’actualité de la sélection ivoirienne était partie dans tous les sens avec la rumeur d’un intérim d’Hervé Renard pour la fin de la compétition. Jean-Louis Gasset avait d’ailleurs démissionné. Finalement, c’est Emerse Faé qui avait récupéré la sélection pour assurer l’intérim. Et l’ancien coach U19 de Nice avait expliqué que c’était l’heure du renouveau pour les Ivoiriens qui devaient se racheter et laver l’humiliation subie quelques jours plus tôt. Dans un scénario fou et finalement presque évident tant cette CAN nous réserve des surprises, la Côte d’Ivoire a éliminé le Sénégal lors des tirs au but (1-1, 5-4 aux t.a.b).

La Côte d’Ivoire n’abandonne jamais

Un miracle qui a fait exploser de joie le pays au coup de sifflet final. Et a surtout permis aux coéquipiers de Franck Kessié de savourer. L’ancien milieu du Barça a d’ailleurs eu des mots forts au micro de BeIN Sports après la rencontre. « Quand tu sors d’un match contre la Guinée-Équatoriale où tu te fais tabasser devant ton public dans le stade qui porte le nom du président, c’est là qu’on a senti cette humiliation et cette frustration. C’est comme si on était les vendus de la Nation. Après le match du Maroc on a été repêchés… je crois qu’on avait plus rien à perdre ! Comme on dit : “un revenant ne peut pas avoir peur” », a-t-il lancé avant d’enchaîner. « Les critiques, c’est normal. Je fais partie des anciens. Je dois recevoir les critiques pour protéger les plus jeunes. Donc, je les accepte pour nous permettre de travailler et d’aller le plus loin possible. »

Ce réveil tonitruant des Éléphants est en grande partie dû aussi au discours d’Emerse Faé qui avait déjà expliqué qu’il attendait une grosse réaction de son équipe avant le match. Celui qui n’avait jamais entraîné à ce niveau dans sa jeune carrière d’entraîneur a donc donné du bonheur à tout un peuple qui a explosé dans les rues du pays. «La journée a été très longue. C’était dur. Je n’ai pas réussi à faire ma sieste, car je réfléchissais à tous les scénarios qui pouvaient arriver. Si on marque vite, si on encaisse un but rapidement, j’essayais de tout anticiper. Vous dire que je n’avais pas la pression, ce serait vous mentir. D’abord la pression naturelle d’un 8e de finale face au tenant du titre mais c’est ce qu’on aime,» a expliqué Faé en conférence de presse.

Le peuple veut le titre

Après cette victoire de prestige, les Ivoiriens se mettent désormais à rêver du sacre final et pensent déjà à une possible finale. «On va au bout maintenant, merci au Maroc pour la qualification, on se retrouve en finale», nous expliquaient plusieurs supporters après la rencontre. Une euphorie que cherche évidemment à calmer Emerse Faé. «Depuis la défaite de la semaine dernière face à la Guinée équatoriale, je prends les matches l’un après l’autre. Aujourd’hui oui on a éliminé le Sénégal en retrouvant un état d’esprit, c’est une bonne chose mais on va surtout pas s’enflammer. On revient tellement de loin qu’on ne va pas s’enflammer. On se concentre sur notre quart de finale.» Justement, en quarts de finale, la Côte d’Ivoire affrontera le vainqueur de Mali-Burkina Faso. Mais en attendant, les supporters s’enflamment et rêvent d’un nouveau conte de fées.

Par Hanif Ben Berkane
Footmercato.net

CAN 2023 : la presse sénégalaise dézingue à tout-va après l’élimination !

Par Dahbia Hattabi – 30/01 – 13:15

Hier soir, le Sénégal a été éliminé en 1/8e de finale de la Coupe d’Afrique des Nations par la Côte d’Ivoire. Une sortie de route qui ne passe pas au pays…

Cette Coupe d’Afrique des Nations 2023 réserve décidément bien des surprises. Après les éliminations de l’Algérie et du Ghana dès le premier tour, l’Egypte et le Sénégal sont passés à la trappe en 1/8es de finale. En effet, les Lions de la Téranga, tenants du titre, sont tombés hier soir face à la Côte d’Ivoire, qui était au bord de l’élimination lors de la phase de poules. Après un match nul (1-1), les Eléphants se sont imposés lors de la séance de tirs au but (5-4). Un coup de massue sur la tête des Sénégalais, tombés visiblement de très haut. Après la rencontre, les joueurs étaient sonnés à l’image d’Idrissa Gueye.

Des joueurs KO

««Je ne sais pas comment on va expliquer parce que nous avons respecté les consignes du coach durant les 15 premières minutes. Après nous avons commencé à reculer une fois que nous avons marqué le but et on a arrêté de jouer. Peut-être que c’est l’atmosphère qui fait ça. C’est l’enjeu du match qui a fait ça, c’est la pression. Franchement je ne peux pas l’expliquer, c’est un match de football. On devait perdre aujourd’hui et nous avons perdu. Il faut relever la tête, remercier le bon Dieu de nous avoir permis d’être arrivé jusque-là et être fort mentalement car il y a équipes qui sont sorties dès le premier tour. On n’est pas plus méritants qu’eux. C’est vrai que nous avons gagné nos trois matchs mais cela ne veut rien dire et on le savait très bien.»

Il a ajouté ensuite : «on savait également qu’on jouait face à la Côte d’Ivoire, une équipe blessée qui avait envie de se racheter devant son public, devant son pays. Il faut accepter et rentre tranquillement chez nous et dans nos clubs pour bien se reposer.» Son coéquipier, Krépin Diatta, a été plus virulent. Il n’a pas digéré que l’arbitre n’accorde pas un pénalty à son pays à la suite d’une faute d’Odilon Kossounou sur Ismaïla Sarr. «Vous êtes des corrompus. Vous nous avez tués, vous êtes des corrompus ! Gardez votre Coupe d’Afrique. Tu vas voir la VAR pour leur donner un penalty, un gars (Ismaïla Sarr) qui prend le ballon 40 mètres et fait une chevauchée, rentre dans la surface, et tu ne veux pas aller regarder la VAR ? Je suis désolé mais là c’est abusé. Je suis vraiment désolé mais là ils ont tué notre compétition», a-t-il lâché.

Aliou Cissé est désigné coupable

Le sélectionneur national, Aliou Cissé, a été plus mesuré. «Je suis déçu du résultat pour mes joueurs, pour notre peuple car nous étions venus pour gagner cette CAN. Il y a eu beaucoup de faits de jeu sur lesquels je ne vais pas revenir. Dommage qu’on ait perdu le fil après avoir ouvert le score. Mais dans la victoire comme dans la défaite, il faut rester digne et je suis fier de mes joueurs… Le seul regret que j’ai est qu’on a arrêté de jouer après avoir ouvert le score. La Côte d’Ivoire avait la possession sans se montrer dangereuse. En regardant la physionomie du match, on a vite compris que ça allait se jouer sur des détails. On s’est compliqué la tâche». Il a évoqué ensuite son futur. «On verra ce que l’avenir nous réserve. J’ai d’abord envie de digérer cette défaite car tout le monde est déçu. Il y aura sûrement des discussions avec la fédération mais mon avenir importe peu pour le moment.»

Mais la presse sénégalaise lui en veut. Pour le site SeneWeb, il est responsable de cette élimination. Le coach du Sénégal peut être considéré comme l’homme du match du huitième de finale ayant opposé le Sénégal à la Côte d’Ivoire. Aliou Cissé s’est fait particulièrement remarquer pour être resté près de 90 mn sans procéder à un remplacement. Une véritable prouesse de la part d’un entraîneur dont l’équipe a été acculée par l’adversaire, a écrit le média sénégalais, qui a indiqué que les Ivoiriens ont procédé à plusieurs changements durant le match. Ce que Cissé n’a pas fait alors que les deux sélections sont allées aux tirs au but. «Les Lions de la Teranga avaient déjà “perdu” le match du fait de l’apathie inexplicable du sélectionneur», rajoute SeneWeb. Le site a aussi évoqué la mauvaise gestion du score et de la défense à trois.
La presse sénégalaise enrage

Impressionnant lors du premier tour, le Sénégal a globalement déçu. “Des Lions timorés éliminés par les miraculés ivoiriens”, a titré SeneWeb. “La Côte d’Ivoire évince les champions en titre après un duel acharné”, a écrit Le Journal du Sénégal avant de parler de “surprise”. De son côté, Afrik-Foot a écrit : «qui l’eût cru ? Miraculeusement qualifiée parmi les meilleurs troisièmes de la phase de groupes, la Côte d’Ivoire, pays hôte, a éliminé le Sénégal, tenant du titre, aux tirs au but et au bout de la nuit ce lundi en 1/8es de finale de la CAN 2023 au Stade Charles-Konan-Banny de Yamoussoukro ! En tête pendant 84 minutes avant de se faire rejoindre sur le fil et poussée en prolongation, la bande à Aliou Cissé, qui a trop reculé sur la fin, rejoint la longue liste des champions en titre qui ont connu un échec cuisant…»

Enfin, Dakar Matin a chargé un peu tout le monde après cette désillusion. «Voilà, il nous faut à présent revenir à la dure réalité qui prévaut dans ce charmant pays. On s’était cru trop beaux et les meilleurs du continent. Un carton plein avec des buts et la manière lors du premier tour de la CAN qui se dispute actuellement en Côte d’Ivoire et se poursuit sans nous. Avec ça, on pensait qu’on ne ferait qu’une bouchée d’une équipe miraculée dont la qualification pour les huitièmes lui avait été offerte par le Maroc. Ah, ils verront ce qu’ils verront, ces Ivoiriens !» Déçus, les Sénégalais vont devoir passer à autre chose, eux qui pourraient bien perdre leur sélectionneur Aliou Cissé, taillé au pays tout comme certains joueurs.

Pub. le 30/01/2024 13:15 MAJ le 30/01/2024 15:48

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire