«Crimes de guerre de Netanyahou et Co.» Biden menace de retirer le soutien des USA si les «attaques aveugles» ne cessent pas

Le président américain Biden a averti Israël qu’il perdait le soutien de ses alliés en raison des « bombardements aveugles » sur la bande de Gaza. Selon les chiffres des autorités sanitaires de Gaza, au moins 18 000 personnes ont été tuées et plus de 50 000 blessées.

Biden prenait la parole lors d’un événement de collecte de fonds pour sa campagne de réélection.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, l’ex vice-président de Barack Obama n’avait jamais exprimé de critiques aussi sévères à l’égard des actions d’Israël.

Les États-Unis sont l’allié le plus important de Tel Aviv.

Le président américain a déclaré devant un auditoire composé pour la plupart de donateurs juifs qu’il avait averti Netanyahou de ne pas commettre les mêmes erreurs que les États-Unis après les attentats du 11 septembre 2001. “Nous n’étions pas obligés d’être en Afghanistan. Nous n’étions pas obligés de le faire, pas obligés de faire autant de choses.”

Le quadragénaire bien sonné estime également que le Premier ministre Netanyahou devrait changer son équipe ministérielle. Le président américain a pointé du doigt le ministre de la Sécurité de Netanyahou : l’ultranationaliste Itamar Ben-Gvir. Le leader du parti d’extrême droite «Pouvoir Juif» a été condamné à plusieurs reprises, notamment pour incitation au racisme. Ben-Gvir est un opposant à un État pour les Palestiniens.

Biden a qualifié le gouvernement israélien actuel de gouvernement le plus conservateur de l’histoire du pays crée il y a moins d’un siècle. en 1947.
Netanyahou «doit changer de gouvernement. Ce cabinet rend les choses très compliquées», a-t-il déclaré.

Biden a réitéré qu’il était favorable à une solution à deux États, dans laquelle les Palestiniens auraient également leur propre État.
Il avait souligné la même chose après l’installation de Netanyahou fin décembre.

« Nous avons l’opportunité d’unir la région », lancé le président américain aujourd’hui. “Mais nous devons nous assurer que Netanyahu comprend qu’il doit prendre des mesures. Vous ne pouvez pas dire ‘non’ à un Etat palestinien. Cela va être la partie la plus difficile.”

Les critiques affirment que le président américain, candidat à sa propre succession a tenu un discours électoraliste. Biden commence par réaliser que la guerre de Netanyahou (condamnées par plus de 60% des Américains), fasse les affaires de Donald Trump à la presidentielle américaine de 2024.

La majorité des Américains restent opposés aux soutiens des démocrates aux affaires à Washington à Kiev et Tel Aviv.

Avec agences

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire