Trois prêtres ligotés, leurs biens emportés par des bandits à Oumé

Six bandits armés de kalachnikovs et de pistolets ont fait irruption dans la nuit de samedi à dimanche à la paroisse Saint Christophe d’Oumé (centre de la Côte d’Ivoire), emportant la somme de 100 000 F CFA et plusieurs biens matériels appartenant à trois prêtres qu’ils ont pris soin de ligoter avant de quitter les lieux.

Les bandits qui ont réussi à s’introduire dans l’église ont fracassé la porte d’un prêtre. Suite au vacarme provoqué, les deux autres prêtres ont accouru pour voir ce qui se passait. Ils ont aussitôt été tenus en respect par les malfrats qui les ont dépouillés de leurs portables, ordinateurs portables, poste téléviseur, des habits, chaussures et des bouteilles de vin de table en plus de l’argent.

(AIP)

Commentaires Facebook

3 thoughts on “Trois prêtres ligotés, leurs biens emportés par des bandits à Oumé”

  1. Eheeee…… Les gens n’ont plus peur de Dieu. Vraiment ?!?! Ils vont jusqu’à « ligoter » les représentants des apôtres de St Pierre et les « dépouiller ». Saaaafffrroulllllaye !!! Il y’aura une place très spéciale réservée pour vous en enfer ! No doubt!

  2. La notion d’enfer est ici à relativiser.

    Pour ma part, je fais partie de ces africains qui continuent de faire une différence claire entre DIEU, en qui je crois, et les hommes qui se proclament de lui.

    La richesse actuelle de l’Église et par extension du Vatican, se repose en partie sur de nombreuses rapines effectuées en orient et sur le continent africain avant les indépendances. L’église a été en effet à l’origine de nombreux drame et de nos jours, elle se repose encore sur les avantages engrangés par ses actions néfastes passées. Si le salaire du vol est sa place réservée en enfer, je veux croire que toute l’Eglise mérite ce sort, logiquement.

    Non, le vol est un délit et est à traiter selon les lois et le code pénal y afférant.

    Par contre, la notion d’appartenance à l’enfer, pour un délit commis sur des religieux, se laisse très largement discuter, car elle est forcement relative.

    Les africains ont de nombreuses plaies béantes à panser !!

    Mais bon…

    Épilogue !!

  3. C’est le droit inaliénable de tout un chacun, gueulard ou pas, d’être un non-croyant, un païen. Alors, les longs commentaires creux sur ce sujet, on n’en fait plus. Ce n’est pas un débat scientifique.

Comments are closed.