Côte-d’Ivoire Laurent Gbagbo depuis Scheveningen: “Je ne suis pas en prison” mais “otage”

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, a déclaré dans une interview exclusive au site français mediapart (interview à FANNY PIGEAUD), ne pas être en prison à la Cour pénale internationale (CPI) où il incarcéré depuis novembre 2011 mais plutôt “otage’’ de la France “pour permettre’’ à son ex-rival, l’actuel chef de l’État Alassane Ouattara de diriger la Côte d’Ivoire.

L’ancien chef de l’État épingle de nouveau la France et ses anciens présidents Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, qu’il accuse de nouveau d’avoir d’œuvrer à son renversement.

Silvio Berlusconi l’avait prévenu en 2002 dit-il : «Il m’a dit: Ne fais pas confiance à Chirac, il te plantera un coup de couteau dans le dos.”

«J’étais trop indépendant” vis-à-vis de la France indique Laurent Gbagbo.

«Je me suis retrouvé avec des ministres totalement illettrés, qui ne savaient ni lire ni écrire !» de l’ex-rébellion.

“Je ne suis pas en prison. Je suis otage. Je suis là pour permettre à Ouattara d’être à la présidence’’, a déclaré M. Gbagbo, dans cet entretien exclusif accordé au média français Mediapart depuis le centre pénitentiaire de La Haye.

“J’étais condamné à être attaqué’’, a assuré M. Gbagbo, qui dit n’avoir pas pensé que la France irait “jusqu’à bousiller” la Côte d’Ivoire.

Accusé de crimes contre l’humanité commis lors des violences post-électorales de novembre 2010-avril 2011 survenues en Côte d’Ivoire et qui ont fait officiellement près de 3.000 morts, M. Gbagbo est en jugement à la CPI depuis janvier 2016.

Avec Alerte info (Serge Alain Koffi)
Connectionivoirienne.net

Commentaires Facebook

1 réflexion au sujet de « Côte-d’Ivoire Laurent Gbagbo depuis Scheveningen: “Je ne suis pas en prison” mais “otage” »

  1. Rien de nouveau sous le soleil, toujours les mêmes rengaines depuis qu’ils étaient au pouvoir, ce disque est rayé. Ces arguments ne justifient pas votre manque de responsabilité dans la crise survenue dans ce pays.

Les commentaires sont fermés.