Situation sociale aux Impôts/ “L’heure n’est plus aux réflexions mais à sauver nos vies” – Les syndicats menacent la trêve sociale

Côte d’Ivoire / Direction générale des Impôts , la Fesy- DGI va-t-elle rompre la trêve sociale ? La réponse c’est ce mercredi 19 juin

<< L’heure est grave, l’heure n’est plus aux réflexions, l’heure est à sauver nos vies. Avec le travail acharné et la pression du travail si nous ne pouvons pas nous soigner cela veut dire que nous devons marquer un pas pour nous interroger. Nous appellons tous les camarades militants et agents de la Direction générale des Impôts ( DGI) ce mercredi 19 juin 2024 sur le site fiscal de Yopougon à une Assemblée générale extraordinaire afin de donner l’orientation à suivre aux responsables de la Fédération parce qu’il y va de nos vies>>.

C’est l’appel pressant lancé jeudi 13 juin 2024 par M. Zéreyé Zédou Narcisse le président en exercice de la Fédération des Syndicats de la direction générale des Impôts( Fesy-DGI) par ailleurs Secrétaire général du syndicat RESA-Fisc) à l’ensemble de ses militants et agents de la DGI les invitant à prendre part à une importante assemblée générale extraordinaire décisive qui se tiendra le mercredi 19 juin 2024 sur le site fiscal de Yopougon.

Cette AGE permettra non seulement aux membres de la Fesy-DGI de ” crier leur désarroi à la face du Gouvernement et de la nation ” mais surtout de trouver la conduite à tenir face à aux nombreuses difficultés que vivent les agents de la DGI.

C’était au terme d’une réunion de concertation des membres des bureaux exécutifs nationaux de cette Fédération qui comprend cinq syndicats d’agents des Impôts, tenue ce jeudi 13 juin 2024 sur le site fiscal de Cocody en prélude à l’Assemblée générale extraordinaire du mercredi 19 juin prochain qui se tiendra sur le site fiscal de Yopougon.

Cette rencontre qui visait à préparer l’AGE fut l’occasion pour les participants de plancher sur certains problèmes cruciaux que vivent les travailleurs de la DGI.
Il s’agit selon eux de l’inapplication du profil de carrière et ses conséquences, des cadres compétents au chômage malgré des postes vacants, la suppression du forfait ou le système de la discrimination salariale et sociale à la DGI , le non reversement des prélèvements effectués aux agents pour le compte de leur mutuelle santé ( MADGI), l’autonomie financière de la DGI.
Les responsables de syndicats qui ont pris la parole à cette occasion ont tous depeint la triste situation que vivent les agents de la DGI.

M. Ivan Bohué SG de l’Unagi-CI a indiqué que leur Fédération a, certes souscrit à la trêve sociale en 2022 cependant face aux nombreuses difficultés que rencontrent les agents dans l’exercice de leur fonction il est important pour eux de s’interroger sur cette question.
Il a souligné que les agents ont fait leur part en abattant un énorme travail en vue d’atteindre les objectifs qui leur ont été assignés. Il revient alors à la hiérarchie, martèle-t-il, de faire sa part en prenant en compte les préoccupations des travailleurs ce qui permettra de booster davantage leur rendement.
Ivan Bohué a fait savoir qu’au sein de leur tutelle un cadre de discussion n’est pas encore mis en place et que lorsqu’ils ont des difficultés les démarches entreprises continuent de se faire dans un cadre formel ancien avec la hiérarchie.

Et que les revendications d’alors avaient abouti à la signature de protocoles d’accord qui n’ont été pour la plupart exécutés qu’à 10 % au maximum.

Le Président en exercice de la Fesy-DGI a ensuite expliqué dans les détails tous les sujets à l’ordre du jour de cette rencontre. Avant d’arriver à la conclusion qu’il est important pour son organisation de mettre un hola à la souffrance des agents en prenant ses responsabilités, d’où la nécessité de convoquer les militants à une Assemblée générale extraordinaire qui leur permettra de décider ensemble la conduite à tenir.
<< Je pense que la situation est gravissime intolérable et inacceptable >> a-t-il averti pour conclure.

Albert Zatté

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire