Litige immobilier / Pierrette Adam’s dans une affaire de détournement de bien de sa meilleure amie

C’est un fait divers assez rocambolesque comme on en rencontre souvent dans les tribunaux ivoiriens. Depuis quelques années, la célèbre artiste chanteuse Pierrette Adam’s née D’Almeida Pierrette Rollande Epouse Duarte est opposée à dame Koblavi Amlan Rita dans un litige immobilier. L’affaire a franchi le tribunal de première instance pour se retrouver jusqu’en cassation. Mais le torchon brûle toujours entre les deux dames qui avaient pourtant noué une amitié des années avant.

Le litige commence lorsque dame Koblavi apprend que sa meilleure amie Pierrette Adam’s veut mettre en vente la maison qui, en réalité est sa propriété privée. En effet, pour des raisons qui lui sont personnelles, il y a dix ans en arrière, dame Koblavi décidait d’acquérir une maison auprès d’une société immobilière. Après démarche et par devant notaire, elle utilise un prête-nom, celui de son amie Pierrette pour réaliser l’opération d’achat. Tout se passait bien par la suite entre les deux amies. Pierrette encaissait les loyers et les reversaient à sa copine. Ceci, jusqu’à ce que les choses se gâtent et que les deux amies s’en remettent à la justice. Procès sur procès depuis des années sans que dame Koblavi jouisse de son bien. Pis, une pancarte estampillée ”en vente” est placardée au fronton de la maison. Coût de la maison 500 millions de FCFA. Nous y reviendrons plus en détail avec des pièces à conviction des deux protagonistes.

SD avec Allo Police

sdebailly@yahoo.fr

Commentaires Facebook

1 réflexion au sujet de « Litige immobilier / Pierrette Adam’s dans une affaire de détournement de bien de sa meilleure amie »

  1. Eh, Pierrette, que j’ai bien appréciée comme chanteuse, on dit quoi dans cette affaire digne de Hollywood, pardon je voulais dire Babi-wood ? Vraiment, hein ? Toi aussi !

    Ceci dit, la pratique de prête-nom est bien commune dans notre pays. Malheureusement pour l’amie, aux yeux de la loi, la propriété est bel et bien propriété de Pierrette Adams. Point barre. C’est désolant mais c’est la loi. C’est ça. Leçon : il faut faire très attention avant de s’adonner à cette pratique car aucune cour de justice ne va donner raison à l’amie si l’ami(e) ou parent dont le nom est utilisé décide de s’en accaparer. Cela quelque soit la raison. Ah, oui ! Yako, donc ! Il faudra réfléchir 10 fois la prochaine fois avant d’utiliser un prête-nom. Yako !

    Juste un observateur de passage…

Laisser un commentaire