Les Hérodes d’Afrique

Hérode était le roi de Judée, un titre qu’il obtint de l’empire romain grâce aux nombreux pots-de-vin versés par lui aux autorités romaines. Il était connu pour sa cruauté.

Par exemple, il fit assassiner son épouse Mariamne et plusieurs de ses enfants pour écarter toute rivalité politique et fit massacrer des enfants de Bethléem (Mt 2, 16-18).
C’était surtout un homme jaloux, c’est-à-dire qu’il était incapable de supporter la présence et la réussite d’une autre personne à côté de lui. Il voulait briller seul, être la seule personne qui soit connue et reconnue, la seule personne qui soit admirée et aimée.

Son intention était d’éliminer Jésus bien qu’il fît croire aux mages venus le saluer qu’il voulait se prosterner, lui aussi, devant le fils de Marie. Hérode avait peur de Jésus parce qu’on lui avait annoncé que celui-ci serait roi. Il le voyait donc comme une menace pour son pouvoir qu’il n’avait pas envie de partager.

De nos jours, qui sont ceux et celles qui se comportent comme Hérode? Ce sont toutes les personnes qui utilisent tous les moyens possibles pour empêcher d’honnêtes citoyens de partager leurs connaissances et de servir leur pays, toutes les personnes qui refusent de faire la place aux autres, qui ne souhaitent pas que X ou Y atteigne leur niveau, qu’autrui arrive là où elles se trouvent.
Ces personnes craignent que celui ou celle qui les rejoindra fasse mieux qu’elles et mette ainsi à nu leur médiocrité. Par exemple, tel ou tel enseignant d’université fera tout pour empêcher le recrutement d’un nouvel enseignant qui compte plus de publications que lui.

Cette mesquinerie, une vraie sorcellerie, on l’observe aussi dans les partis politiques, dans l’Administration, dans les entreprises, dans le monde médical et judiciaire, parmi les forces de l’ordre et même dans le milieu religieux.
Ces hommes et femmes, qui ne tolèrent pas que l’on parle de quelqu’un d’autre en bien, souffrent en réalité d’une maladie qu’on peut appeler le manque de confiance en soi car un homme qui sait ce qu’il vaut n’a pas besoin d’envier le talent des autres. Un homme qui est sûr de lui voit les choses en termes de complémentarité et d’enrichissement mutuel. Il se dit que l’autre, parce qu’il n’a pas le même parcours que lui, a des choses à lui apprendre et donc est susceptible de le faire grandir.

En peu de temps, le Mali, le Burkina et le Niger ont remporté d’importantes victoires sur la route de la souveraineté et de la liberté. Moi, Ivoirien, qui avais commencé ce combat, combat que la France a momentanément interrompu en 2011 et que les Ivoiriens reprendront tôt ou tard, devrais-je jalouser les pays qui sont en train d’infliger des défaites à l’ennemi commun? Si je le fais, je ne suis pas différent d’Hérode. Je devrais au contraire être fier de leur succès car, au fond, c’est la libération de mon propre pays qui se joue dans ces 3 pays du Sahel.

Certes, j’aurais souhaité que mon pays qui menait le combat pour la vraie indépendance soit soutenu, mais comment arriver à cette Afrique unie, forte, prospère et respectée si je ne suis pas capable de transcender ma légitime frustration pour me réjouir avec celui qui est en train de réussir là où j’ai échoué hier?

Jean-Claude Djéréké

Commentaires Facebook

1 réflexion au sujet de « Les Hérodes d’Afrique »

  1. Pouaaahhhhh… Pures divagations d’un aigri ppaciste et dindon du culte au minable et gueulard Koudou. Ko “souveraineté” ! Riressss…

    L’auteur de ce torchon connaît-il la définition de souveraineté ? Quitter la France pour être vassal de la Russie, c’est ça la “souveraineté” ? Vivre dans un pays où on a l’électricité pour juste 2 à 3 heures par jour, c’est ça la “souveraineté” ? Vivre dans un pays où on quémande du blé de Russie, c’est ça la “souveraineté” ? Vivre dans un pays où les civils sont enlevés ou des imams sont arrêtés où toute libertés d’expression sont matée, c’est ça la “souveraineté” ? Ah, j’oubliais ! Sous le régime néo-Nazi du minable en chef Koudou, c’était le mode opératoire.

    Rappelons à ce dindon suiveur de l’arnaqueur Koudou, que ce rigolo a renouvelé et renforcé tous les contrats de notre pays vis-à-vis de la France sous son régime sanguinaire. Notre beau pays était plus dépendant de la France que sous Ouattara aujourd’hui. En fait, à toutes fins utiles, précisons qu’aujourd’hui, notre pays est beaucoup moins dépendant de la France. En effet, la France est devenue le 3ème partenaire économique de notre pays grâce à la politique de diversification de nos partenaires engagée sans relâche par le bosseur Ouattara. Je parie que les panafri-cancres, pardon panafricanistes, ne le savent ou le feignent.

    Quel rigolo ! Juste un observateur de passage…. On avance…

Laisser un commentaire