Israël tue par “erreur” 3 otages et blesse mortellement un journaliste de Al Jazira [décédé]

L’Association de la presse étrangère à Jérusalem appelle à une enquête et une explication rapides de l’armée israélienne

Après la mort du journaliste d’Al-Jazira Samer Abou Daqqa, le Hamas a réagi en affirmant qu’il s’agissait d’une « tentative d’intimidation des journalistes pour qu’ils ne documentent pas les massacres [israéliens] commis dans la bande de Gaza ». Le porte-parole du Conseil de la sécurité nationale américain, John Kirby, a par la suite déclaré à Washington être « en contact avec [ses] homologues israéliens tous les jours. Nous n’avons encore aucune indication sur le fait que [les Israéliens] prennent délibérément pour cibles des journalistes ».

Rien n’indique qu’il y ait « une politique ou même une doctrine opérationnelle [israélienne] visant à s’en prendre intentionnellement aux journalistes qui essaient de couvrir cette guerre », a-t-il ajouté. Pleurant la mort du « premier [de ses membres] à être tué à Gaza dans [cette] guerre », l’Association de la presse étrangère à Jérusalem a qualifié ce drame « de grave atteinte à une liberté de la presse déjà limitée à Gaza » et a appelé à une enquête et une explication rapides de l’armée israélienne.

Trois otages israéliens « identifiés par erreur » comme une « menace »

L’armée israélienne a annoncé les avoir tué

« Lors de combats à Chadjaya, l’armée a identifié par erreur trois otages israéliens comme une menace. En conséquence, les soldats ont ouvert le feu dans leur direction et ils ont été tués », a déclaré le porte-parole des forces armées israéliennes, Daniel Hagari, sur X. Ils se sont « soit échappés ou ont été abandonnés » par leurs geôliers, a-t-il ajouté lors d’un discours à la télévision, promettant une « enquête transparente ».

Les victimes sont Yotam Haïm, un batteur de Heavy Metal de 28 ans, et Samer Al-Talalqa, un Bédouin de 25 ans, tous deux enlevés au kibboutz Nir Am lors de l’attaque meurtrière du Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre, précise un communiqué de l’armée. Le troisième otage tué est Alon Lulu Shamriz, 26 ans, habitant du kibboutz Kfar Aza, selon la même source. Leurs corps ont été rapatriés en Israël.

M. Hagari ajoute que « l’armée israélienne a immédiatement commencé à enquêter. Il s’agit d’une zone de combats où de nombreux incidents ont eu lieu ces derniers jours. Les leçons immédiates tirées de cet événement sont désormais transmises à toutes les forces combattantes sur le terrain ».

Une « erreur tragique », selon la Maison Blanche

La mort des trois otages israéliens abattus par des soldats israéliens dans la bande de Gaza est une « erreur tragique » et une nouvelle « déchirante », a commenté John Kirby, porte-parole de la Maison Blanche. « Je ne crois pas qu’il soit possible de tirer des conclusions plus générales de cet événement particulier et de ce que cela dit de la capacité [des forces armées israéliennes] à être plus chirurgicales et plus précises » dans leurs actions, a-t-il ajouté.

Otages israéliens tués par erreur : « Une insupportable tragédie » pour Benyamin Nétanyahou
Le premier ministre israélien a déploré « une insupportable tragédie » après la mort de trois Israéliens otages du Hamas, « identifiés par erreur » comme une « menace » et abattus par des soldats israéliens. Pour Benyamin Nétanyahou, cette « tragédie » plonge « tout l’Etat d’Israël dans le deuil ».

Avec Lemonde.fr

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire