Frontière Côte d’Ivoire-Guinée: Le nouveau parc à bétail à Sabadougou pour aider à réduire les conflits agriculteurs-éleveurs

Bande frontalière Côte d’Ivoire Guinée : la FAO dote la sous-préfecture de Saboudougou d’un parc à bétail destiné à réduire les nombreux conflits agriculteurs-eleveurs.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) à travers son projet « Consolider la Cohésion Sociale transfrontalière entre la Côte d’Ivoire et la Guinée pour une meilleure compréhension et anticipation des risques et le renforcement de la confiance et de la collaboration entre acteurs locaux » (CoSoc Front), veut contribuer à réduire considérablement les conflits agriculteurs éleveurs dans la bande frontalière de la Côte d’Ivoire et la Guinée.

Ce projet financé par le Fonds de Consolidation de la Paix a obtenu 34 hectares du domaine foncier rurale qui a servi à l’aménagement des infrastructures pastorales dont un marché a bétail de capacite d’accueil de plus de 1000 têtes, d’une aire de repos et de pâturage naturel, de deux points d’eau destinés à l’abreuvement et de deux couloirs de passage.

Ce parc à bétail a officiellement été remis le dimanche 15 octobre à Kouakou N’Guessan Florent, le Sous-Préfet de Saboudougou, localité située à 14 km de la Guinée.

« Sur les 67000 têtes de bétail qui transite par cette zone plus de 47% passe par Saboudougou. Ces infrastructures permettront de réduire la divagation sauvage du bétail principale source des dégâts de culture ou de récoltes à travers l’amélioration du foncier pastoral, la disponibilité alimentaire et l’eau d’abreuvement. De façon spécifique le marché a bétail au-delà des retombées économiques pour la région permettra de renforcer la cohésion sociale transfrontalière à travers la dynamisation des flux commerciaux. » a expliqué Cissé Sidiki, coordonnateur dudit projet justifiant l’intérêt de ce parc à bétail.

Une initiative saluée par les populations bénéficiaires et surtout le Sous-Préfet de Saboudougou. « Ce parc à bétail vient raffermir les liens entre les populations transfrontalières. Il vient assainir l’environnement sécuritaire des échanges commerciaux en ce qui concerne le bétail. Au niveau économie, il vient redynamiser les activités économiques au niveau du Saboudougou créant ainsi plusieurs structures faisant de Saboudougou un pôle d’attraction ». S’est-il félicité.

Il a également saisi l’occasion pour solliciter la phase 2 du projet qui permettra selon lui de consolider les acquis de la phase 1.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire