Enseignement supérieur public et privé: 2 ans pour se conformer à la nouvelle loi, selon le ministre Adama Diawara

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Adama Diawara, a annoncé, le jeudi 16 novembre 2023 à Abidjan-Cocody, que les responsables et acteurs des universités publiques et établissements privés de l’enseignement supérieur ont deux ans pour se conformer à la nouvelle loi N°2023-423 du 22 mai 2023 relative à l’enseignement supérieur, à la recherche et à l’innovation.

Il l’a dit lors d’une conférence publique sur le Thème : “La nouvelle loi sur l’enseignement supérieur et la recherche scientifique”, en présence des présidents des universités et des grandes écoles publiques et privées, des enseignants, etc.

Dans le cadre de la mise en œuvre de cette loi qui vient abroger les dispositions de celle de 2015 et améliorer la gouvernance du secteur, le ministre Adama Diawara a affirmé que des conventions de partenariat entre les universités publiques et les établissements privés de l’enseignement supérieur devront être signées et mises en œuvre. “Ces conventions feront l’objet d’une évaluation annuelle par l’organe chargé d’évaluer et d’accréditer les formations, les activités de recherche et les institutions publiques et privées d’enseignement supérieur et de recherche”, a-t-il dit.

Pour amener le secteur privé à financer davantage la recherche, par exemple à travers le Fonds pour la Science, la Technologie et l’Innovation (FONSTI), le ministère est autorisé à mettre en œuvre des actions pour dynamiser le partenariat avec le secteur privé et pour susciter ou promouvoir les avantages fiscaux liés au financement de la recherche.

Cette nouvelle loi prévoit en son article 132 que les nouveaux bacheliers orientés dans les universités publiques sont tenus de suivre des cours de mise à niveau dans les matières principales de leur filière au début de l’année académique.

Aussi, les enseignements délivrés peuvent être dispensés en présentiel ou à distance. Les enseignements à distance peuvent se faire par correspondance sous forme de documents physiques ou numériques, en ligne, par visioconférence par utilisation des TIC ou selon des dispositifs hybrides associant différents modes d’enseignement.

Plusieurs décrets d’application de cette nouvelle loi ont déjà été adoptés en Conseil des ministres et le reste des décrets et les arrêtés d’application sont en cours d’élaboration.

Source : CICG

Commentaires Facebook