Côte d’Ivoire – Maroc / La magouille autour de la vente parallèle des tickets n’a pas d’auteurs

La vente organisée près du siège de la Fédération, la Fif réfute sa responsabilité ! Les sélections de la Côte d’Ivoire et du Maroc n’ont pas réussi à se départager (1-1), au terme du choc amical organisé à Abidjan samedi 14 octobre. Mais une polémique sur la revente des places pour assister à la rencontre a également éclaté plusieurs jours avant le coup d’envoi. Toute la semaine, de nombreux internautes se sont offusqués de ne pas trouver de tickets dans les points de vente annoncés par la Fédération ivoirienne de football. Et pour cause, toutes les places sont parties en moins de 48 heures. Sur les réseaux sociaux, certains ont dénoncé la revente sur le marché noir de dizaines de tickets allant de deux, trois voire jusqu’à cinq fois plus cher. Mustapha a dû payer son billet 20 000 francs au lieu de 10 000. « J’avais besoin d’un ticket, mais je ne savais pas où en récupérer un. Avec le bouche-à-oreille, on m’a conduit à des personnes qui vendaient des tickets deux fois plus cher. C’est ainsi que j’ai réussi à avoir un ticket. Mais je pense que la Fédération ivoirienne de football devrait essayer de se pencher sur cet aspect-là, parce que vraiment certaines personnes en abusent. »

Une pratique condamnée par la Fédération ivoirienne

Les internautes ont aussi assuré que les places étaient revendues non loin du siège de la Fédération, accusée d’entretenir ce système. De nombreux témoignages expliquent que certains agents de la Fédération et des mairies auraient revendu des tickets. Face au tollé, Armand Gohourou, directeur exécutif de la Fédération, a tenu à répondre aux accusations. « La direction exécutive condamne toute pratique qui pourrait être organisée autour de ce match dans le cadre de la vente dédiée. S’il y a des agents véreux, s’il y a des personnes qui s’adonnent à des pratiques illicites, ces personnes doivent être dénoncées et mises à la disposition des autorités judiciaires. » Une enquête a été ouverte pour retrouver les potentiels fautifs et un numéro vert a été mis en place pour recueillir les témoignages. Cette histoire de vente de tickets parallèles n’est pas la première du genre. En avril 2023, lors du match Côte d’Ivoire-Comores, comptant pour la 3e journée des éliminatoires de la Can au stade de Bouaké, une affaire de tickets vendus hors délais avait secoué la Fif. La fédération avait rejeté la responsabilité en indiquant qu’il s’agissait d’une incompréhension avec la police sur la notion de ”match à guichets fermés”. Le volet judiciaire annoncé par les responsables de la Fif suite à cette affaire n’a pas connu de début de réalisation. SD avec Rfi.fr

Commentaires Facebook