À Yopougon « fief de Gbagbo » les milliards de Bictogo pourront-ils terrasser Michel «le pauvre» ?

Meeting de clôture: Michel Gbagbo, nous allons écraser Bictogo, le candidat du Rhdp, et il n’y aura rien

Michel GBAGBO candidat du Parti des peuples africains de Côte d’Ivoire (Ppa-CI) dans la commune de Yopougon, a terminé sa campagne par un grand meeting au carrefour Sodeci-Niangon de Yopougon.

Ils sont venus par milliers pour démontrer leur attachement au parti de Laurent GBAGBO et prendre aussi l’engagement de conduire Michel GBAGBO à la tête de la municipalité de la commune qui est considérée comme le fief de l’ex-président ivoirien Laurent GBAGBO.

En présence de la porte-parole du président Gbagbo, Me Habiba Touré, l’honorable Michel GBAGBO a fait savoir à son auditoire qu’il est bien longtemps qu’il est sur le terrain et qu’il connaît le terrain. Il a salué les populations de Yopougon qui ont décidé De le porter à la tête de la mairie au soir du 02 septembre.

« Je voudrais dire merci à la brave population de Yopougon, pour leur engagement à nos côtés parce qu’elles vont nous accompagner jusqu’à la mairie. Partout, où nous sommes allés, nous avons rencontré des gens prêts au changement. Je voudrais dire un grand merci aux quartiers comme Nouveau quartier, Soghefia, Sicogi Ananeraie, Gesco, Gefci, Moossou, Selmer, Niangon, aux villages Atchan, Attié et tous les gens de Yopougon, je suis convaincu qu’il n’y a rien en face. Nous sommes obligés de gagner ces élections », a déclaré Michel Gbagbo.

« Les Senoufo disent que tout ce qui se lève se couchent. Mais je vais vous dire en vérité, ceux qui sont debout vont se coucher. Et ceux qui sont couchés vont se relever. Je vous le dis dans le nom puissant de notre Seigneur. N’ayez aucune crainte, nous allons quitter la rue et allés, en 2023, à la mairie de Yopougon », a indiqué Michel Gbagbo.

Concernant le candidat du Rhdp Adama Bictogo, Michel GBAGBO est clair « Nous allons écraser Bictogo, le candidat du Rhdp, et il n’y aura rien », car selon lui Yopougon ne se laisse pas acheter parce que les populations de Yopougon savent être dignes.

Après avoir observé une minute de silence en la mémoire de l’ex-président du PDCI RDA Henri Konan Bedie décédé le 01 août 2023, il s’est adressé au candidat du Pdci Dia Houphouet en ses termes : « Je veux qu’il sache que je ne parle pas aux envoyés, mais aux envoyeurs ».

Le candidat du PPA CI a remercié les militants du Pdci RDA et ceux du RHDP et toutes les forces vives de la commune, qui font chemin avec lui pour apporter le changement à yopougon. Il a appelé toute la population de Yopougon à sortir massivement pour porter leur choix sur sa personne, au soir du samedi 2 septembre prochain.

JMB

Commentaires Facebook

2 réflexions au sujet de “À Yopougon « fief de Gbagbo » les milliards de Bictogo pourront-ils terrasser Michel «le pauvre» ?”

  1. ===== RIEN EN FACE ? DU DEJA ENTENDU….======

    « …Je suis convaincu qu’il n’y a rien en face. Nous sommes obligés de gagner ces élections.. »

    On peut se réjouir honnêtement des allures de cette campagne. La Paix s’est progressivement installée et hormis quelques actes de vandalisme dont les auteurs ont vite été interceptés, le spectacle de la campagne qui a drainé par endroits des masses (populaires ?) nous rassure tous d’un scrutin apaisé. Ceetes les nostalgiques emporteurs des urnes sont encore parmi nous…mais pour l’essentiel, les esprits sont en mutation. Le paysage politique est en réelle recomposition.

    Michel qui n’est encore rien sans sans le patronyme GBAGBO, a été lâché dans une arène qui n’a rien à voir avec les législatives qui l’ont fait député. En face de lui c’est un missionnaire commando aguerri qui a été parachuté derrière les lignes ennemies.

    Dire donc « qu’il n’y a rien en face », c’est un douteux euphémisme ! KONATE Navigué qui a plus d’expérience politique que Michel évoque lui la Bataille de Kirina entre Soumaoro Kanté et Soundjata.. Qui croire ? Le fils de…ou Le Secrétaire Général Adjoint du Parti ?

    ====== AU NOM DU PERE ======

    On a souvent entendu le refrain :  » nous devons transformer la majorité sociologique en majorité électorale !

    Réduit à se produire dans le lointain Niangon, une arrière cour de Yopougon Centre et contraint de mobiliser son peuple en annonçant (publicité mensongère dirait l’autre !) la présence du père, Michel va faire une grande découverte le soir du vote : Yopougon ne reflete plus en termes démographiques la majorité sociologique de 1980 oû l’essentiel des maisons construites par l’Etat grâce à la SICOGI et la SOGEFIHA étaient majoritairement occupées par des couches de fonctionnaires, formant 50% de la population de la Cité. A ces populations majoritairement originaires de l’ouest et du centre-ouest, se greffaient le temps d’un week-end les parents venant des autres quartiers, en raison des premiers grands dancing qui feront la popularité de Yopougon La Joie !

    Ces populations ont vu progressivement arriver d’autres couches notamment les couches commerçantes et les transporteurs qui en raison de l’étendue de la Cité, ont vite déniché des opportunités d’affaires. D’autres raisons expliquent également les mutations profondes de Yopougon. Les réserves foncières d’Abidjan sont vers Yopougon. Abobo, Bassam. L’urbanisation de Yopougon l’emporte sur les offres des autres zones !

    Qui peut raisonnablement dire en voyant la nouvelle cartographie de cette Cité qu’il y a une majorité sociologique déterminée ?

    Le slogan de campagne est bon pour mobiliser au pied du podium mais les lendemains font déchanter parfois les meilleures prophéties !

    Et si Michel est laminé à Yopougon, c’est bye bye 2025….2030 …

    Il faudra lui trouver un point de chute plus clément et plus accueillant pour les échéances futures….Si bien entendu, en l’absence de son père, la politique l’intéresse encore !

  2. ===== LA DERNIÈRE ÉLECTION DE MAMADOU « WESSÉ » =====

    Le vieux Mamadou comme les anciens de son temps était un bloc entier. Dur comme un roc planté dans un massif granitique. On l’appelait familièrement Mamadou Wessé, Mamadou Patate ! Pourquoi Patate ? Pour la simple et bonne raison qu’il détenait des hectares de champs de patates dans la zone allant de Wassakara aux bas fonds de Mossikro jusqu’au début des années 70… Un prospère planteur ami de Feu Félix Houphouet Boigny, depuis les années 40. Une amitié très tôt convertie en compagnonnage politique de militantisme de la première heure au sein du PDCI-RDA.

    En 1980 fraîchement débarqué à Abidjan pour les études dites supérieures, j’ai assisté aux dernières élections de Délégué du Parti (unique forcément à cette époque) auxquelles il a participé !

    L’adversité pour lui c’était…LES PARACHUTÉS, nouveaux habitants de Yopougon ! Nouveaux locataires de terrains qu’il a cédés â l’Etat pour le projet SICOGI et SELMER… Difficile pour lui, l’ancien combattant des heures de feu et de flammes du Parti, d’accepter que le Parti autorise ces candidats de la vingt-cinquième heure à postuler contre lui ! N’empêche il avait la majorité historique de Wassakara !

    La veille du vote, le Parti fit commander contre son gré des casiers de boisson pour les jeunes du quartier qui assuraient la mobilisation autour de son domicile, lequel faisait office de Maison du Parti. La boisson coula à flot…tant et si bien que le lendemain jour du vote, et parce que logiquement il n’y avait RIEN EN FACE, la mobilisation fut faible ! Mamadou fut battu par un illustre inconnu !

    Mais c’était mal connaître Mamadou Wessé ! Il fit mains et pieds auprès des pères fondateurs pour qu’il ne soit pas humilié de la sorte de son vivant… Et effectivement après enregistrement et analyse des plaintes, le vote fut repris dans sa bourgade ! Cette fois il sortit le grand jeu ! Passant de cour en cour avec ses cartes du Parti de 1947 à 1980, il exigea un contrôle du militantisme des personnes qui lui étaient redevables. Il exigea des chefs de famille qu’ils lui ramènent individuellement les bulletins des adversaires non votés (le bulletin unique viendra plus tard comme une conquête de l’opposition !). La nuit fut longue. Tous les futurs votants sous contrôle ! La voix de stentor du vieux guerrier, tonna toute la nuit ! Un parachuté ne peut pas le vaincre dans son champ !

    Mamadou Wessé remporta haut les mains la victoire ! L’honneur est sauf. Trois mois plus tard jour pour jour, après ces élections, l’ami du Président Houphouet Boigny, s’est éteint. Et avec lui, senvolèrent des archives de Yopougon dont la Mairie se situe aujourd’hui à un jet de pierre de sa demeure familiale désertée mais qui vit défiler les têtes militantes du Grand Parti !

    A propos de grand Parti, le PDCI est il toujours actif à Yopougon ?

    Un nom suffit-il à faire, défaire, parfaite, écrire et transmettre de génération en génération, la vie et l’histoire d’un Parti politique ?

Laisser un commentaire