ECO: Le Ghana dit oui, mais demande un taux de change flexible et une fédération de banques centrales

Par Connectionivoirienne

Le Ghana se dit déterminé à “faire tout son possible” pour rejoindre la nouvelle monnaie ouest-africaine l’Eco, qui remplacera le franc CFA et plusieurs monnaies ouest-africaines dès l’année prochaine.

Cette annonce a été faite par la présidence ghanéenne dans une déclaration publiée ce dimanche 29 décembre.

L’entrée du Ghana dans l’union monétaire en ferait la plus grande économie du bloc en l’absence du Nigeria, juste devant la Côte d’Ivoire voisine.

Le pays demande toutefois contrairement aux annonces faites par les présidents ivoirien et français un taux de change flexible et une fédération de banques centrales. Abidjan et Paris ont plutôt évoqué un taux de change fixe avec l’euro et une banque centrale commune.

Pour rappel, Le Ghana ne fait pas partie de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et possède sa propre monnaie, le Cedi.

Le président ivoirien Alassane Ouattara et le président français Emmanuel Macron avait annoncé la semaine dernière depuis Abidjan que l’union monétaire de l’Afrique de l’Ouest avait accepté de rompre certains liens financiers avec Paris qui soutient le Franc cfa utilisé dans la région depuis sa création peu après la seconde Guerre mondiale.

Dans le cadre de l’accord, l’Eco resterait selon eux ancré à l’euro, mais les pays africains du bloc n’auront pas à conserver la moitié de leurs réserves au Trésor français et aucun représentant de la France ne siégera au nouveau conseil d’administration de l’union monétaire.

«Nous, au Ghana, sommes déterminés à faire tout ce que nous pouvons pour nous permettre (de) rejoindre les États membres de l’UEMOA, bientôt, dans l’utilisation de l’Eco, car, nous pensons, cela aidera à éliminer les barrières commerciales et monétaires», a indiqué le Cabinet du président Nana Akufo-Addo a déclaré dans son communiqué.

Les pays devant passer du franc CFA à l’Eco sont le Bénin, le Burkina Faso, la Guinée-Bissau, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo – toutes anciennes colonies françaises sauf la Guinée-Bissau.

Avec agences

Commentaires Facebook