Côte-d’Ivoire: Bédié accusé de “dérive nationaliste” à Daoukro

L’image trouble d’Henri Konan Bédié en Côte d’Ivoire

Tribune par Alexis Dieth

Le discours d’Henri Konan Bédié le 23 septembre 2018 qui fera date dans les annales de l’Histoire de la Côte d’Ivoire, est un appel défensif à la communauté contre la nation, à la chefferie traditionnelle contre l’Etat, au modèle politique de la royauté contre le modèle politique de la démocratie. Que cette instrumentalisation politique de l’ethnicité aux conséquences gravissimes ait été, semble-t-il motivée, encore une fois de plus, comme dans les années 1990, par une problématique partisane et personnelle de capture du pouvoir qui fait fi de l’intérêt général de la nation et de la condition existentielle des Ivoiriens, ne rend que plus condamnable et plus détestable l’entreprise.

L’appel de Daoukro du 17 Septembre 2014, avait confirmé, aux yeux du peuple majoritaire ivoirien, Henri Konan Bédié en qualité de sage de la Nation et de démocrate convaincu. C’était un appel républicain et patriotique reconnaissant l’œuvre de modernisation d’inspiration houphouëtiste entrepris par le gouvernement RHDP sous la direction du chef de l’Etat Alassane Ouattara. Il en appelait à l’unification du PDCI et du RDR en vue d’assurer la continuité de l’houphouëtisme et inscrivait l’alternance du pouvoir sous ce projet au sein du RHDP.

L’appel défensif d’Henri Konan Bédié à la Chefferie Akan contre la Nation lors du discours sidérant du 23 Septembre dernier à Daoukro et la décision subséquente du bureau politique du PDCI de se retirer du RHDP, sèment le trouble dans l’esprit des démocrates et des républicains Ivoiriens. L’appel démocratique de Daoukro le 17 septembre 2014 est le contraire radical de l’appel nationaliste de Daoukro à la chefferie Akan le 23 septembre 2018.

Ce discours de repli défensif sur l’ethnicité contre l’État, sur la communauté contre la nation, porte atteinte au programme gouvernemental de modernisation de la société ivoirienne, d’intégration nationale du territoire et d’affermissement de la démocratie en Côte d’Ivoire. Henri Konan Bédié se convertirait-il en démocrate ou en ethno-nationaliste au gré de ses intérêts particuliers personnels et partisans.

Depuis le 23 Décembre dernier, l’image trouble et inquiétante d’un Henri Konan Bédié ethno-nationaliste, contempteur de la nation, adepte du repli identitaire et du séparatisme communautaire s’est donc substituée à l’image rassurante d’un Henri Konan Bédié pilier de la démocratie républicaine dont l’houphouëtisme est l’expression idéologique en Côte d’Ivoire. L’image d’un Henri Konan Bédié antilibéral et antimoderniste, autrement dit d’un anti-houphouëtiste qui dresse les ethnies contre l’État unificateur et contre la rationalité économique s’est substituée à celle d’un Henri Konan Bédié libéral et modernisateur .

Ce télescopage d’images contradictoires et antinomiques soulève des questions ?

Henri Konan Bédié est-il l’initiateur de l’instrumentalisation politique de l’ethnicité en Côte d’Ivoire ? Est-il l’inspirateur du nationalisme identitaire en Côte d’Ivoire ? Est-il l’instrument d’une coterie d’ethno-nationalistes dont les figures sont bien connues à l’intérieur du PDCI ? Henri Konan Bédié est-il en réalité un houphouëtiste convaincu ?

En regard de l’abcès nationaliste qui grève le PDCI au cœur depuis les années 1990, l’alternance du pouvoir en 2020 pouvait-elle se faire sans garde-fou au profit de ce parti ? Cette dérive nationaliste du PDCI n’est-elle pas la preuve que le RHDP parti unifié, considéré comme un front républicain pérenne, est bel et bien la garantie institutionnelle de la continuité du programme de modernisation d’inspiration houphouëtiste de la Côte d’Ivoire ?

Publié dans Le Club l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction de Mediapart.

Commentaires Facebook

6 réflexions au sujet de “Côte-d’Ivoire: Bédié accusé de “dérive nationaliste” à Daoukro”

  1. L hôpital qui se fou de la charité.

    Ce Mr j ai juste besoin de voir sa tribune quand le même bedie baptisait Mr Oyattara Allah agnissan.

    Ce qui est malheureux dans ce pays nos intellectuels, tous, je cite pelé mêle wodie, André silver konan, Alexis dieth ne se plaignent jamais lorsqu ils sont au mangeoire quelque soit la dérive.

  2. @mamou cinétique…..

    pour ce qui est de la duplicité dés intellos….tu as bien raison …

    Sinon c’est qui se fout ( le verbe se foutre) et non fou ( nom propre ) ….de la charité

    Et une mangeoire….et non un ….donc à la mangeoire et non au mangeoire…

    To be continued

  3. @ mantape
    Sabari.
    Tu as mis à nu la duplicité de @ mayamou

    Il ou elle a fait ses aveux ici

    A ko le français c est pas ma langue maternelle !!!!!!!

    Dommage pour il ou elle son mentor est entrain de ramasser chaises et bâches dans les causeries de sogolon

  4. C est fou comment un nom peut apparaître plus important qu’ une idée.

    Je comprend mieux la mentalité d un certain parti politique adepte du rattrapage de…nom.

    @didiga
    Essayez de raisonner avec votre propre cerveau si si c est possible.

    Nb: je ne relis jamais mes posts. Mais je peux le faire si ça vous intéresse

  5. @ marianne
    que vous relisez ou pas vos posts n est pas mùon problème

    les gens ont mis a nu ici ta petite instruction que tu prenais pour faire malin sur les coxers ici .

    moi j ai déjà dit a ton mentor @ dabakala ( ramasseur de chaise désormais ) que nous les coxers on sait pas lire
    toi tu nous traitait de analphabètes
    voila que des lettrés comme toi te plongent dans tes vomissures tu me dis de réfléchir avec mon propre cerveau .
    ko je relis pas mes posts c est avec ton sale cerveau je vais réfléchir

Les commentaires sont fermés.