Michel Platini avoue “une magouille” en 1998 pour que la France et le Brésil s’évitent avant la finale

Coupe du monde 1998 – Au micro de France Bleu, Michel Platini, coprésident du comité d’organisation de la Coupe du monde 1998, a expliqué avoir eu recours à “une petite magouille” dans le calendrier pour permettre à l’équipe de France d’éviter le Brésil avant le stade de la finale.
“On ne va pas s’emmerder pendant six ans à organiser la Coupe du monde si on ne peut pas faire quelques petites magouilles. Vous pensez que les autres ne le faisaient pas dans les autres Coupes du monde ? Tu penses…”. Au moins, Michel Platini ne s’en est pas caché : le statut d’organisateur du Mondial 1998 a permis à la France de bénéficier d’un avantage clair lors de cette édition victorieuse. Celui d’éviter le Brésil avant le stade de la finale.

Interrogé au micro de France Bleu, dans l’émission Stade Bleu, qui sera diffusée dimanche, l’ancien président de l’UEFA est revenu sur les conditions d’organisation. “Quand on a organisé le calendrier, on a fait une petite magouille” explique-t-il en préambule. “Si on finissait premier du groupe et que le Brésil finissait premier, on ne pouvait pas se rencontrer avant la finale”, ajoute-t-il. Un petit arrangement avec le tirage au sort parfaitement assumé par Platoche.

En 1997, au moment du tirage au sort, les deux équipes faisaient évidemment partie des huit têtes de série: le Brésil comme tenant du titre, la France comme pays organisateur. Logiquement, selon les règles édictées par la FIFA, les huit têtes de série auraient dû être dispatchées aléatoirement dans les 8 groupes.

Dans les faits, une préaffectation avait été utilisée pour les deux équipes avant le tirage au sort: la France dans le groupe C, le Brésil dans le groupe A. Une manœuvre qui a permis une confrontation impossible entre les deux équipes avant la finale. Si les deux terminaient en tête de leur groupe évidemment. Surtout, la confrontation a finalement eu lieu. Avec le résultat que l’on connaît un certain soir de juillet 1998, 3-0 pour la France de Zidane et compagnie contre le Brésil de Ronaldo, malade le jour de la finale.

Avec Eurosport.fr

Commentaires Facebook

1 réflexion au sujet de « Michel Platini avoue “une magouille” en 1998 pour que la France et le Brésil s’évitent avant la finale »

  1. Les grands Hommes meurent et sont enterrés avec des secrets qui , dévoilés, pourraient nuire aux leurs, tandis que les petits Hommes s’étalent dans la presse histoire de faire le buzz et attirer un peu de lumière. La victoire de l’EdF à “sa” coupe du monde nous a semblé un peu trop facile, suspecte d’être entachée d’irrégularités. Mais appartient-il à Platini de chier au centre du plat comme on dit en Ivoirien, au regard de ce qu’il représente pour l’histoire de son pays ? Assurément, un petit homme.

Les commentaires sont fermés.