Côte-d’Ivoire: Déclaration des élus et cadres de la région du Cavally suite à l’assassinat de Sronhon Evariste

Déclaration des élus et cadres de la région du Cavally sur la situation sociale à Guiglo

Depuis le mois de septembre 2017, un conflit à la fois foncier et intercommunautaire, opposant d’une part la communauté autochtone Guéré et la communauté allochtone Baoulé d’autre part, s’est déclenché dans la forêt du Goin-Débé , dans la région du Cavally.

Ce conflit a fait des morts, de nombreux blessés, d’importants dégâts matériels et des milliers de déplacés qui ont trouvé refuge pour la plupart dans la cour de la préfecture de Guiglo, ainsi que dans l’enceinte du centre social. Cette crise, survenue au moment des plus inattendus, a vu la mobilisation de toute la communauté régionale et nationale pour la recherche d’une solution définitive et la réinstauration d’une paix durable basée sur la cohabitation pacifique de toutes les communautés vivant dans la région du Cavally.

Ainsi plusieurs missions de bons offices ont été conduites par Madame la Ministre Anne Désirée OULOTO, fille de la région et envoyée du Gouvernement, qui avait avec elle l’ensemble des élus et cadres de tous les bords politiques.

Les démarches ont été auréolées de succès : un accord de paix a été signé le mardi 30 octobre 2017. Contre toute attente, au moment où les jeunes de la région étaient en pleine organisation des manifestations devant marquer le retour définitif de la paix, le jeune Sronhon Evariste, président de la jeunesse du village de Béoua, est agressé mortellement.

Les faits

Le jeudi 2 novembre 2017, dans le village de Glopahoudy, Sronhon Evariste, président des jeunes de Béoua et Gouéhi Sédé Marius se rendaient au champ et tombent dans un guet-apens tendu par des inconnus. Un individu surgit de nulle part, ouvre le feu sur eux à l’aide d’un fusil de chasse. Sronhon Evariste meurt sur le champ quand Gouéhi Sédé Marius, grièvement blessé sera par la suite évacué au CHR de Guiglo puis à la PISAM, à Abidjan, où il est totalement pris en charge par le gouvernement.

En conséquence de ce qui précède
Face à un tel rebondissement inattendu, avec de nouvelles dégradations des rapports entre les communautés dans la région du Cavally et plus particulièrement à Guiglo, nous, élus et cadres de la région :
– nous offusquons et nous indignons de cet acte de violence qui prend à contre-pieds les efforts de paix ;
-condamnons ce meurtre odieux inexplicable ;
-encourageons les autorités compétentes à situer très rapidement les responsabilités et à engager des poursuites judiciaires en vue de sanctions conséquentes ;
– marquons notre indignation face à ce meurtre qui survient seulement 24 heures après la signature du dernier accord entre autochtones et allogènes, au moment où les déplacés avaient pratiquement tous regagné leurs villages et campements respectifs ;
– faisons entièrement confiance au gouvernement pour des décisions vigoureuses et diligentes à prendre en vue d’un traitement définitif de cette crise qui n’a que trop duré;
– lançons un appel au calme et à la retenue ;
-Invitons les populations et les différentes communautés à demeurer concentrées sur le processus de paix et la cohésion en cours.

Fait à Abidjan, le 03 novembre 2017

Les élus et cadres de la région du Cavally

Ouest ivoirien/crise à Guiglo: Le gouvernement dénonce “des mains occultes qui manipulent des personnes”

Edwige FIENDE

Le gouvernement ivoirien a dénoncé vendredi “des mains occultes qui manipulent des personnes” à Guiglo, une localité de l’Ouest de la Côte d’Ivoire en proie à un conflit foncier entre autochtones et allogènes, après de nouvelles manifestations jeudi dans la ville.

“Nous interpellons les mains occultes qui manipulent certaines personnes, il faut que cela s’arrête”, a prévenu le porte-parole du gouvernement Bruno Koné, lors de la traditionnelle conférence de presse après un conseil des ministres.

Jeudi, des manifestations ont éclaté à Guiglo après que deux jeunes autochtones Wè ont “essuyé des tirs à Glopaoudi”, une zone éloignée de la forêt classée de Goin-Débé qui était l’”épicentre” des problèmes dans la région.

La résidence du sous-préfet a été saccagée, des véhicules ont été endommagés, et des grands axes de la ville ont été barricadés, a relevé M.Koné.

“Il s’agit de personnes qui ont sciemment mené cette attaque”, qui a fait un mort, a déploré le porte-parole du gouvernement ajoutant que “des interpellations ont été opérées”.

Il a annoncé l'”envoi immédiat d’une mission du gouvernement” à Guiglo où “la situation reste tendue”.

Depuis début septembre, les autochtones Wè et allogènes baoulé et burkinabé sont en conflit. Les premiers ont entrepris de déloger les seconds des plantations qu’ils occupent dans la forêt classée de Goin-Débé.

Sept personnes ont été tuées dans ce conflit et 28 autres blessées, selon un bilan du gouvernement le 25 octobre.

Alerte info/Connectionivoirienne.net

Commentaires Facebook

1 réflexion au sujet de « Côte-d’Ivoire: Déclaration des élus et cadres de la région du Cavally suite à l’assassinat de Sronhon Evariste »

  1. Sur la route menant à Grand-Bassam, précisément au niveau des artisans, à droite, existe une Secte où l’on trouve de nombreuses belles et jeunes dames veuves. Elles étaient toutes précédemment mariées sous le régime de la communauté des biens.
    Là-bas, dans cette Secte, on constate qu’il est affecté à chacune d’elles un mal tuteur, comme guide permanent, qui surveille tous leurs faits et gestes.

Les commentaires sont fermés.