Côte d’Ivoire – Gossio annonce l’union du FPI “en dernière minute pour gagner les élections”

AFFI-12-NOV-2014-480x330

Ses espérances pour l’avenir sont aussi ardentes que sa foi. «Le Fpi sera uni en dernière minute pour gagner les élections», a déclaré Marcel Gossio, directeur national de campagne du candidat du Front populaire ivoirien (Fpi), samedi dernier, à Adjouffou, dans la commune de Port-Bouët.

M. Gossio parrainait l’investiture du bureau de l’Union des femmes du grand ouest (Ufgo). L’ancien directeur général du Port autonome d’Abidjan a saisi cette occasion pour inviter les nombreuses femmes présentes à cette cérémonie, les militants et sympathisants du Fpi, à sortir massivement le 25 octobre prochain pour porter leur choix sur Affi N’Guessan, le candidat du parti de Laurent Gbagbo. «Aujourd’hui, il y a des petites bisbilles entre nous les enfants de Gbagbo. C’est la vie. Quand le chef n’est pas là, tout le monde réclame sa place. Mais quand les moments cruciaux arrivent, on sait se réunir, se mettre ensemble et défendre la cause pour laquelle nous existons », a-t-il rassuré, avant d’ajouter : «C’est dans les moments difficiles qu’on reconnaît le Fpi. C’est dans les moments difficiles qu’ils vont s’unir. Est-ce qu’avec ce qui se passe, avez-vous entendu que quelqu’un a démissionné du Fpi ? Les moments difficiles sont en train de passer, nous irons unis en dernière minute et nous gagnerons les élections. C’est pour cela que je vous engage à sortir massivement pour aller voter Affi N’guessan. Il y a des partis qui crient déjà victoire mais le 25 octobre au soir, rira bien qui rira le dernier ».

Pour Marcel Gossio, c’est Affi N’Guessan qui mettra fin aux souffrances des Ivoiriens et permettra la libération de Laurent Gbagbo et des autres prisonniers. Il favorisera aussi le retour sécurisé des exilés, le dégel des comptes, poursuit-il. «La réconciliation sera totale lorsque Gbagbo sortira de prison», a-t-il aussi indiqué. Parlant de Laurent Gbagbo, son maître, M. Gossio a expliqué pourquoi la voie de la négociation est la meilleure.
5ème vice-président du Fpi chargé de coordonner les actions pour la libération de Laurent Gbagbo, Marcel Gossio a demandé aux femmes de l’Ufgo de tourner le dos aux va-t-en guerre et de ne prôner que la négociation. «Les négociations que nous mènerons, c’est d’aller au dialogue politique. C’est dans cette voie que notre maître va venir à la maison. Si des gens viennent vous tenir des langages de palabres, il faut dire non. Allons doucement et suivons même la parole de notre chef qui disait toujours : ”Asseyons-nous et discutons”. Laurent Gbagbo n’est pas un homme violent, c’est un homme de dialogue, un homme de paix », fait-il observer.
Accompagné de Joël Poté, ancien président du Cojep, l’ancien directeur de campagne de Laurent Gbagbo à Port-Bouët a également salué le courage des femmes du grand Ouest. «Votre association connaîtra plein succès. Je vous engage au pardon et à la réconciliation, puisque votre région a payé un loud tribut dans la crise ivoirienne. Ne baissez pas les bras. Vous devez vous organiser pour mobiliser les ressources financières afin de lutter contre la pauvreté dans cette partie de la Côte d’Ivoire», a-t-il dit.

L’Ufgo a pour objectif de lutter contre la pauvreté et regroupe plus d’une centaine de femmes. Selon la secrétaire générale, Pélagie Doué, leur choix s’est porté sur Marcel Gossio, cadre de l’Ouest, dont ”nul ne peut ignorer les qualités de gestionnaire”.«Travailleur infatigable, vous êtes une fierté pour nous, population du grand Ouest en particulier et de la Côte d’Ivoire en général. Vu l’énorme travail que vous avez abattu quand vous étiez encore directeur général du Port autonome d’Abidjan, vous avez toujours été à l’écoute des frères et sœurs et de toute la jeunesse ivoirienne », a-t-elle dit.

Cyrille DJEDJED
Soir Info
AfriquEssor

Commentaires Facebook

Les commentaires sont fermés.