Côte-d’Ivoire bagarre et des blessés – Affi empêché de présenter les condoléances à Sangaré

Une bagarre rangée entre pro Gbagbo et pro Affi en lutte pour le contrôle du Front Populaire ivoirien a eu lieu en marge d’une cérémonie de condoléances en la mémoire de la défunte mère de Sangaré Aboudrahmane, membre fondateur de ce parti. C’était ce weekend à Abidjan. Nous vous proposons le récit d’un des camps protagonistes. Faites attention à la virulence des propos dans le compte-rendu. A signaler aussi que les pro-Affi de la diaspora étaient massivement absents à la manifestation organisée à l’occasion des 70 ans de Laurent ce weekend devant la prison de Scheveningen proche de La Haye.

Bagarre3
DR photo

“C’est bien moi l’homme en blouson noir qui t’es reconnu et aucune menace n’a été proférée à ton endroit. Ma compassion pour ton état ne me le permettrait pas. Je suis le SG Jfpi de la Section dans laquelle les condoléances sont présentées et c’est à ce titre que mon bureau et moi sommes venu accompagner le président Affi venu réconforter la famille éplorée. Quelle ne fut pas notre surprise de constater qu’à l’arrivée de la délégation d’Affi des excités dont le néo transfuge du Rdr surnommé djaguer tentent sur ordre du non moins ténébreux Koné Boubakar de s’opposer à leur passage.

Le portail leur sera même fermé.

Des négociations sont donc engagées et il est rappelé à ces macabres personnes que Aboudramane avait donné son accord. C’est alors que le fesciste raté de Ballou Sostene et encore ce lugubre Djaguer de la fédération jfpi (CNC) de toumodi interdisent formellement l’entrée à Affi et sa délégation. En plus aucun journaliste proche du Fpi ou supposé n’avait le droit de prendre des images. Trop en était trop. FICGAYO ne pouvait se répéter dans ma section et sous mes yeux. Nous avons donc dû user d’arguments persuasifs pour maîtriser la situation.

Le Président Affi ne voulant pas s’imposer préfère se retirer et attendre. C’est ainsi que le jeune frère de Aboudramane, le dynamique Issiaka Sangare, tente de colmater les brèches en calmant la jeunesse qui en ces lieux ne se reconnaissent qu’en lui. Après ce triste et regrettable incident nous apprenons qu’Affi a préféré reporter sa visite ce que l’obscur Koné Boubakar avait déjà planifié. Je donne alors instruction à ma délégation de rentrer pendant qu’un groupe restreint attendait le SG Fpi de la Section, par ailleurs membre de la direction du parti, le camarade Issiaka Sangaré. C’est pendant cette attente qu’une horde de désoeuvrés, machettes, poignards, gourdins et bouteilles en mains fondent sur nous. Vols, blessures, contusions et autres en ont été les conséquences. Ma section et moi tenons à remercier particulièrement le sieur Koua Charles pour sa participation très active lors de cette descente armée qui nous a coûté. Merci pour la leçon que ton aîné t’a enseigné et que tu récites à merveille. Nous en prenons acte. La fin c’est pour bientôt. Allez seulement”. (Source: JFPI Deux Riviera tendance Affi N’guessan)

Commentaires Facebook

Les commentaires sont fermés.