Côte d’Ivoire – Dano Djédjé après le plébiscite «Pour nous, Gbagbo à la tête du FPI, c’est un symbole et un signal»

danon-djedje

Congrès extraodinaire du Fpi à Mama

Hervé Coulibaly | Connectionivoirienne.net

Lors de sa conférence de presse ce mardi 28 avril 2015 pour présenter les résultats des élections dans les fédérations du Fpi, Dano Djédjé a répondu à des questions telles que le retour de Gbagbo à la tête du Fpi, les relations entre le Fpi et le pouvoir en place, la présidentielle d’octobre 2015.

« Gbagbo président du Fpi, c’est pour n,ous un symbole et un signal. Nous sommes attachés à lui pour ce qu’il a fait pour ce pays en matière de conquête des libertés et de démocratie. Il est le père de la démocratie en Côte d’Ivoire et ses adversaires le lui reconnaissent. En la matière, personne ne peut l’égaler. C’est pour quoi nous sommes peinés qu’il soit loin. Gbagbo à la tête du Fpi peut rassembler, ça rassure », a explicité Dano Djédjé qui tenait à répondre à ceux qui se demandent quel intérêt a le Fpi d’être dirigé par un prisonnier. Abordant par la même occasion la problématique de la présidentielle de 2015 le vice-président du Fpi a eu à expliquer que l’élection de Gbagbo à la tête du Fpi n’est pas un signe annonciateur d’un boycott du scrutin. « Ne nous faites pas de procès d’intention. Le Fpi est un parti d’élection et c’est son congrès qui décide. (…) Nous voulons une saine compétition et c’est ce travail commencé par Gbagbo que nous poursuivons. Pour le moment nous n’en sommes pas là », a-t-il ajouté. Ouvrant une brèche sur les relations entre le Fpi et le pouvoir, M. Dano s’est étonné de ce que les tenants du pouvoir ont adopté un profil exclusionniste et traitent le Fpi avec rudesse alors qu’ils sont tous des copains. « Nos rapports devaient être amicaux et fraternels. Je les connais à 90 % »

Abordant les problèmes internes au Fpi l’ancien ministre de la réconciliation a indiqué que l’unité devrait venir du respect des textes du parti, soutenant que son camp est pour l’application stricte des textes qui exclut tout recours aux tribunaux. « Il faut que les militants du Fpi apprennent à respecter nos textes. La suite de l’après-congrès appartient à Gbagbo. C’est lui qui va impulser la dynamique. Au moment où nous rendons publics les résultats (des votes), nous sommes à sa disposition. Gbagbo est en prison mais ce n’est pas le Fpi qui est en prison. Affi était en prison mais il a dirigé le Fpi et Miaka a assuré son intérim. Ce n’est donc pas la première fois que cela arrive (dans la vie du parti). Nous sommes heureux que les militants aient choisi Laurent Gbagbo. il est un maillon incontournable de la réconciliation en Côte d’Ivoire. tout ce que nous pouvons faire pour qu’il y participe, nous le ferons”, a conclu Dano Djédjé

Commentaires Facebook

Les commentaires sont fermés.