« Rien ne peut compenser la supériorité en hommes de l’armée russe », affirment des officiers ukrainiens interrogés par Politico

Source: Lemonde.fr Rien ne peut compenser la supériorité numérique de l’armée russe, estiment des officiers ukrainiens interrogés par « Politico »

La supériorité numérique de l’armée russe et le pouvoir destructeur des bombes planantes qu’elle utilise depuis plusieurs semaines vont probablement lui permettre de « percer le front et de l’enfoncer » à un endroit ou à un autre, estiment des officiers ukrainiens de haut rang, dans un entretien accordé anonymement au journal américain en ligne Politico.
Lire aussi | Guerre en Ukraine : un lent mais continu grignotage territorial russe

« Rien ne peut aider l’Ukraine maintenant parce qu’il n’y a pas de technologies à même de lui permettre de compenser la masse des effectifs que la Russie peut lancer [dans la bataille]. Nous ne disposons pas de ces technologies et l’Occident ne les possède pas non plus en nombre suffisant », déplore l’un d’eux.

Le général Valeri Zaloujny, ancien commandant en chef de l’armée ukrainienne, remplacé le 8 février, avait l’habitude de dire qu’il s’agit d’une « guerre d’une seule chance », explique un autre. « Il voulait dire par là que les armements deviennent très vite obsolètes parce que les Russes trouvent rapidement la parade. « Nous avons par exemple utilisé avec succès les missiles de croisière Storm Shadow et Scalp [fournis respectivement depuis mai et juillet par la Grande-Bretagne et la France], mais seulement pendant une courte période. Les Russes étudient toujours. Ils ne nous donnent pas de seconde chance », ajoute le même officier, tandis qu’un autre officier doute de l’utilité des F-16 promis à l’Ukraine, dont les premiers sont attendus au second semestre.

« Chaque arme a son heure. Les F-16 étaient nécessaires en 2023. Ils ne le seront pas en 2024 », fait valoir ce dernier, regrettant que le matériel militaire promis par les puissances occidentales n’arrive pas à temps. « Au cours des derniers mois, nous avons remarqué que les Russes tiraient des missiles depuis Djankoï, dans le nord de la Crimée, mais sans les ogives explosives. Nous ne saisissions pas ce qu’ils faisaient, puis nous avons compris : ils font des réglages » en prévision de l’arrivée des avions de fabrication américaine, ajoute-t-il.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire