Forum politique de haut niveau à Addis-Abeba pour valoriser l’industrie du café en Afrique

Un forum politique de haut niveau s’est tenu le 07 février dernier à Addis-Abeba en Éthiopie en marge des assises de la 63ème session annuelle de l’organisation inter africaine de café (OIAC).

Un forum politique de haut niveau s’est tenu le 07 février dernier à Addis-Abeba en Éthiopie en marge des assises de la 63ème session annuelle de l’organisation inter africaine de café (OIAC).

Selon une note d’information transmise le jeudi 08 février 2024 à Abidjan.net, cette rencontre modérée par Aly Touré, le représentant permanent de la Côte d’Ivoire auprès des organisations internationales de produits de base à Londres, avait pour thème : ” Transformer le secteur africain du café par la valeur ajoutée “.

A en croire la note, l’objectif dudit forum qui a réuni les ministres et chefs de délégation de l’OIAC était d’offrir une plate-forme en vue de partager les expériences et actions entreprises par les pays membres dans le domaine de la valorisation du café.

L’objectif principal de ces assises, ajoute le document, est de parvenir collectivement à une vision stratégique pour valoriser le café africain.

” L’Afrique avec sa riche tradition de production de café occupe une position cruciale sur le marché mondial du café. Malgré son héritage, l’industrie du café africain est confrontée à des défis et opportunités en constante évolution. En vue de libérer ce plein potentiel de l’industrie africaine du café, une focalisation stratégique sur la valorisation est impérative. Cette approche est essentielle non seulement pour améliorer la compétitivité mondiale du café africain, mais mais aussi pour assurer une croissance durable sur tout le continent “, a estimé le document.

Par ailleurs, l’on apprend que ce forum vise à faciliter des discussions approfondies sur les politiques, initiatives et collaborations pouvant booster la chaîne de valeur du café africain en vue d’obtenir un prix rémunérateur pour les producteurs de café.

Ce forum de haut niveau, a conclu la note, a recommandé de faire des démarches auprès de l’Union Africaine (UA) en vue de mettre au cœur de son agenda la problématique du café.

L.Barro

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire