OR: Le projet aurifère de Tanda-Iguela héberge 133 tonnes (Endeavour)

(Agence Ecofin) – Endeavour Mining exploite quatre mines d’or en Afrique de l’Ouest, dont celle d’Ity en Côte d’Ivoire. Avec son nouveau projet phare Tanda-Iguela dans l’est du pays, à la frontière avec le Ghana, la compagnie peut améliorer significativement sa contribution à la production ivoirienne d’or d’ici quelques années.

En Côte d’Ivoire, les ressources minérales du projet aurifère Tanda-Iguela ont augmenté de 57 % par rapport à l’estimation initiale d’il y a un an. Selon un communiqué publié le 29 novembre par Endeavour Mining, propriétaire à 100 % du projet, ce dernier héberge désormais 4,7 millions d’onces d’or (133 tonnes), dont 4,5 millions d’onces dans la catégorie indiquée, soit une hausse de 303 % pour la catégorie la plus fiable en matière d’estimation de ressources.

En novembre 2022, Endeavour avait annoncé une première estimation de ressources sur le site plus précisément au gisement Assafou qui hébergeait à l’époque 3 millions d’onces, dont 1,1 million d’onces de ressources minérales indiquées. En 2023, la compagnie a déjà entrepris 168 000 m de forages pour obtenir ces nouveaux résultats. Ils permettent le lancement d’une étude de préfaisabilité (PFS) qui devrait être achevée fin 2024. Elle fournira de précieuses indications sur la durée de vie et la capacité de production de la future mine Tanda-Iguela, ainsi que sur l’investissement nécessaire pour la mettre en service.

« Nous sommes ravis du succès remporté par notre nouvelle propriété de Tanda-Iguela en Côte d’Ivoire, qui démontre son potentiel d’actif de premier plan […]. Le gisement d’Assafou est déjà considéré comme l’une des découvertes les plus importantes réalisées en Afrique de l’Ouest au cours de la dernière décennie », s’enthousiasme Sébastien de Montessus, PDG d’Endeavour Mining.

Notons qu’en parallèle à la PFS, Endeavour poursuivra l’exploration au cours de l’année 2024, notamment pour augmenter la taille de la ressource identifiée au gisement principal et délimiter de potentiels gisements satellites à proximité d’Assafou.

En mars 2022, le ministre ivoirien des Mines de l’époque, Thomas Camara, annonçait l’ambition d’Abidjan doubler la part des Mines dans le PIB à 6 % d’ici 2025. Pour cette année-là, la production ivoirienne devrait grimper à 65 tonnes (contre 48 tonnes en 2022), précisait le dirigeant. À défaut de respecter ce calendrier, les différents projets développés ces derniers mois en Côte d’Ivoire nourrissent l’espoir que la Côte d’Ivoire atteindra ces objectifs, voire les surpassera dans les années à venir.

Outre Tanda-Iguela, Endeavour pilote par exemple le projet Fetekro, où une étude de préfaisabilité a été publiée en 2021. Ce dernier peut livrer en moyenne 359 000 onces (+10 tonnes) par an sur une durée de vie de 21 ans. De son côté, la compagnie Centamin a publié également une PFS estimant que la future mine d’or Doropo pourra livrer 49 tonnes d’or sur 10 ans. À cela s’ajoutent les deux mines d’or (Abujar et Séguéla) mises en service cette année et qui permettent déjà au pays de viser une production de 50 tonnes en 2023 et de 55 tonnes en 2024.

Emiliano Tossou

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire