Couvre-feu en Sierra Leone après l’attaque d’une caserne milliaire

Le gouvernement conseille d’urgence aux habitants de la Sierra Leone de rester chez eux après une attaque menée par un groupe armé contre une caserne militaire dans la capitale Freetown. La police recherche toujours les agresseurs.

Un numéro inconnu est entré dans la caserne dans la matinée. Le président Bio affirme que les assaillants ont été chassés et que l’ordre a été rétabli. Mais selon la BBC, le groupe est ensuite entré dans une prison et plusieurs prisonniers ont été libérés. Après l’attaque de la caserne, Bio a annoncé un couvre-feu.

Intimidation
Bio a été réélu en juin. Selon des observateurs indépendants, il y a eu des actes d’intimidation à l’encontre de personnes qui refusaient de voter pour le président sortant et un manque de transparence dans le décompte des voix. Le principal parti d’opposition, le Congrès de tout le peuple (APC), avait des doutes sur l’issue du scrutin et a longtemps refusé d’avoir quoi que ce soit à voir avec le gouvernement.

Le partenariat ouest-africain CEDEAO écrit dans un communiqué avoir “apprend avec horreur le projet de certains individus de prendre les armes et de perturber la paix et l’ordre constitutionnel en Sierra Leone”. La CEDEAO ne mentionne pas le mot « coup d’État », mais affirme avoir « une tolérance zéro pour les changements de gouvernement non constitutionnels ».

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire