Audit indépendant de la liste électorale provisoire/Voici les grandes décisions arrêtées par le PPA-CI et le PDCI-RDA

Côte d’Ivoire / “Un audit indépendant de la liste électorale provisoire. Une période d’au moins un mois au lieu de dix jours pour le contentieux électoral. Ce sont les deux exigences formulées par le PPA-CI et le PDCI-RDA à travers le Comité paritaire mis en place qui a passé au peigne fin la liste électorale provisoire 2023.

Ce jeudi 1 er juin 2023 à l’occasion d’une conférence de presse qu’ animaient conjointement le ministre Justin Koné Katinan du PPA-CI et l’Ambassadeur Bamba Youssoufou du PDCI au siège du PDCI-RDA à Cocody au nom du Comité technique paritaire ils ont donné les résultats préliminaires de trois jours de travaux sur la liste électorale provisoire 2023.

Au terme de leur développement ils sont arrivés à la conclusion que la liste électorale provisoire 2023 comporte de nombreuses et irrégularités qui pourraient entacher la crédibilité des scrutins à venir en Côte d’Ivoire si rien n’est fait pour pallier la situation.
” La liste électorale provisoire est grossièrement truffée d’anomalies” ont ils dénoncé.

C’était l’occasion pour eux de livrer ces informations au public et d’interpeller le régime en place sur ces faits qu’ils qualifient de graves.

“Au vu de ces résultats préliminaires présentés nous pouvons affirmer que la liste électorale provisoire 2023 n’est ni fiable ni exploitable comme nous l’avons toujours dénoncé” . Ont ils affirmé.

” En si peu de temps nous avons décelé autant d’anomalies et d’irrégularités c’est dire qu’il existe un nombre insoupçonné d’éléments incohérents qui nécessiteront un traitement global et approfondies des données contenues dans la liste électorale provisoire” ont fait savoir les conférenciers Katinan Koné et Bamba Youssoufou.

Au vu donc de tout ce qui précède le PPA-CI et le PDCI jugent alors insuffisant la période de dix jours donnée par la CEI pour le contentieux électoral. Pour ce faire les deux partis politiques exigent alors que la période de dix jours s’étende sur au moins un mois.

Ils exigent également un audit indépendant de cette liste électorale provisoire. Pour eux ces revendications visent à garantir au pays des élections justes transparentes et crédibles qui passent aussi par une liste électorale fiable et crédible.

Les anomalies constatées concernent selon eux la présence de personnes mineures, de personnes centenaires , des personnes décédées, des personnes déchues de leurs droits civiques et politiques des personnes à filiation inconnue ou incomplète, la croissance exponentielle des électeurs inscrits sur la liste électorale dans certaines zones du pays des déplacements des lieux de vote d’une commune à une sous-préfecture et inversement .La non conformité de liste électorale provisoire remise aux partis politiques en rapport avec les exigences du code électoral en son article 07.
La création de nouvelles communes sans information préalable la suppression de certains lieux de vote importants sans information préalable. Les conférenciers ont donné tous les détails et des preuves sur ces anomalies constatées sur la liste électorale provisoire.

Albert Zatté
A.Z

LE PDCI-RDA ET LE PPA-CI DEMANDENT UN AUDIT RÉEL DE CETTE LISTE OÙ IL Y’A DES PERSONNES ÂGÉES DE 170 ANS

1- La croissance exponentielle des personnes inscrites sur la liste électorale dans certaines zones du pays.

Exemple :

Kolia est passé de 3.020 électeurs en 2022 à 8.242 électeurs en 2023.

Kaniasso est passé de 2.026 en 2020 à 6.800 électeurs en 2023.

Taï est passé de 5.083 électeurs en 2020 à 8.203 électeurs en 2023.

Rubino est passé de 7349 électeurs en 2020 à 10.568 électeurs en 2023.

Le pourcentage d’augmentation des électeurs par région entre 2020 et 2033 en contradiction avec le taux de croissance de la population en Côte d’Ivoire.

Région:

Le Folon 21%
Le Béré 23 %
Le poro 21%
Le Bélier 4%
Le Grand pont 3%
Le District d’Abidjan 3%
Le Gbôklê 3%

2- La suppression de certains lieux de vote sans informations préalables

3- La présence des personnes mineures sur la liste électorale en violation de l’article 3 du code électoral.

4- La présence de 104 personnes dont l’âge varie entre 150 ans et 200 ans sur la liste électorale.

5- La présence de plus de 54600 personnes de filiation inconnue sur la liste électorale.

6- Déplacement de plus de 350 lieux de vote des sous-préfectures vers des communes et vice-versa.

7- Une liste électorale provisoire incomplète sans données biométriques, non conforme à l’article 7 du code électoral

8- Création clandestines de nouvelles communes. Ex: Atoutou dans le département de Jacqueville

9- Disparition de lieux de vote avec ses électeurs dans les régions du Gôh et de la Nawa.

Au vu de ces résultats préliminaires, le PDCI-RDA et le PPA-CI demandent une prolongation du délai imparti pour le contentieux électoral. C’est-à-dire un mois au lieu de 10 jours fixés par la CEI.

Commentaires Facebook