Déclaration de “Les Démocrates de Côte d’Ivoire” sur le système éducatif et sur la situation au campus de Cocody

ONG Opinion

Le mercredi 14 octobre 2020, la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) a lancé un mot de d’ordre de grève pour exiger, entre autres, la suppression des frais annexes et de la cotisation du Comité de gestion des établissements scolaires (Coges). Le lundi 19 octobre 2020, premier jour de cette grève de 72 heures, a été émaillé de divers incidents dont la mort par balles d’un jeune manifestant à Bonoua. Le lendemain, soit le mardi 20 octobre 2020, alors que la FESCI, à travers un communiqué, avait appelé à la suspension du mot d’ordre de grève pour permettre aux négociations de commencer avec les autorités, la Côte d’Ivoire a été réveillée par des affrontements entre des étudiants se réclamant de la FESCI et des individus non identifiés ayant fait irruption sur le campus de l’Université Félix Houphouët-Boigny. Les Démocrates de Côte d’Ivoire, en ces moments difficiles, voudrait s’incliner devant la mort du jeune manifestant tombé le lundi 19 octobre 2020 à Bonoua alors qu’il réclamait pacifiquement plus de justice sociale et une Côte d’Ivoire plus solidaire et plus démocratique.

Les Démocrates de Côte d’Ivoire demande aussi la mise en place d’une commission d’enquête indépendante pour faire la lumière sur les évènements dramatiques de ces deux derniers jours et des jours antérieurs. Les Démocrates de Côte d’Ivoire demande également au candidat Alassane Dramane Ouattara qui demeure, jusqu’au soir du 31 octobre 2020, président de la République de cesser de menacer ses opposants politiques et de garantir un climat propice à l’expression plurielle et aux manifestations pacifiques. Les Démocrates de Côte d’Ivoire interpelle la communauté internationale sur les faits d’une gravité extrême qui ont, présentement, cours en Côte d’Ivoire : l’intervention d’individus armés de machettes et de gourdins et circulant à bord de véhicules pour s’en prendre aux partisans de l’opposition qui manifestent pacifiquement. Le mode opératoire de ces individus rappelle étrangement et de triste mémoire les manœuvres des milices interahamwe dans le Rwanda avant génocide, lesquelles ont planifié et organisé des massacres de grande ampleur. Pour Les Démocrates de Côte d’Ivoire, il est toujours possible de sauver des vies et de sauver la Côte d’Ivoire du chaos vers lequel elle se dirige inexorablement. Les Démocrates de Côte d’Ivoire juge impérieux d’ouvrir immédiatement un dialogue républicain pour vider tous les contentieux.

Le Président

PO/ Le Secrétaire Général

Prof. Pascal FOBAH EBLIN

Commentaires Facebook