Affaire “30 milliards pour l’enrôlement” en Côte-d’Ivoire, vraiment !!! On a fait quoi à dieu !

Vraiment ce gouvernement aime ce qui est compliqué pour faire du buzz communicationnel et espérer en tirer les dividendes lors des élections. Suivons le raisonnement de monsieur Touré Mamadou croisé avec des données prises sur le site du gouvernement.

OPERATION : Registre National des personnes physiques, phase opérationnelle lancée le 11 décembre 2019.

Objectif 1 : Transformer et moderniser le système d’état civil et de l’identification et maîtriser la production des titres d’identité et la gestion des flux migratoires (OBJECTIF GENERAL)

Objectif 2 : Établir une base centrale nationale et inclusive de données biométriques et biographiques des Ivoiriens et des personnes d’origine étrangère résidant en Côte d’Ivoire ou de passage (OBJECTIF SPECIFIQUE).

Objectif 3 : Etablir un numéro unique, intelligible et non répétitif pour chaque habitant et résident en Côte d’Ivoire. Ce numéro sera attribué à la naissance ou lors des opérations d’identification et de l’entrée sur le territoire national aux différentes frontières terrestres, maritimes et aériennes (OBJECTIF SPECIFIQUE).

Objectif 4 : le RNPP va produire des titres d’identité fiables et sécurisés pour les Ivoiriens et les personnes d’origine étrangère résidant en Côte d’Ivoire ou de passage (OBJECTIF TERMINAL).

Organisme missionné pour conduire l’opération : L’Office National de l’Etat Civil et de l’Identification (ONECI).
OPERATION FINANCEE PAR LA BANQUE MONDIALE ET L’UNION EUROPEENNE ; propos de monsieur Touré Mamadou faisant foi.

OBSERVATIONS :
La production des CNI est une des finalités de l’opération indiquée ; propos de monsieur Touré Mamadou faisant foi et suivant les informations données sur le site gouvernemental : « A terme les CNI pourrait être délivrées dans nos états à partir de cette base de données, de même que les titres pour les étrangers ». L’expression « à terme », utilisée veut dire « à la fin du processus » qui inclut l’établissement des CNI pour les ivoiriens. Donc l’enrôlement pour les CNI fait partie « du processus » à court, moyen ou long terme.

Il est conduit par l’ONECI tout comme le RNPP.

On trompe délibérément les ivoiriens en faisant croire que l’opération d’enrôlement des populations pour l’obtention de la CNI est une opération distincte de l’opération d’établissement du RNPP. Qu’on cesse de prendre les ivoiriens pour des idiots. Les personnes qu’on gouverne ne sont pas toutes des illettrées. Des fonds ont été alloués pour une opération qui comprend « à terme » l’établissement de la CNI. Mais, pour des raisons que seul le gouvernement sait, on veut faire payer cette opération par la poche du contribuable. Pire, on crée les conditions pour que seuls des militants du RHDP réussissent à se faire enrôler en demandant aux cadres de ce parti de les y aider financièrement, excluant de fait les autres populations qui ne sont pas au RHDP. Les fondements de la démocratie sont là sapés exprès. Au RATTRAPAGE ETHNIQUE dans lequel le pays baigne honteusement depuis 2011 s’est ajouté le SECTARISME qui conduit souvent aux épurations de tous ordres. Oh Honte !
Pascal FOBAH Eblin, Analyste politique

Commentaires Facebook

3 réflexions au sujet de “Affaire “30 milliards pour l’enrôlement” en Côte-d’Ivoire, vraiment !!! On a fait quoi à dieu !”

  1. Demander au Prof Guikahué, quand l’Union européenne a fait un don de 18 milliard pour la construction et l’équipement des centres de santé, est-ce que les consultations, les examens et les médicaments étaient gratuits? Quelle irresponsabilité ou ignorance venant d’un député siégeant à l’assemblée nationale ayant participé à la votation de la loi de finances en 2018.
    On aurait bien voulu que notre cher honorable nous montre les alinéas de ce fond faisant état d’une gratuité de la CNI que de se limiter à la lecture d’une coupure de journal car tous ses financements (prêt et ou don) sont débattus à l’assemblée nationale.
    À chacun sa lorgnette !!

  2. Quand la mauvaise foi n’est pas une obligation pour notre opposition.
    Vous étiez où chers honorables opposants quand après les CNI gratuites de 2010, des citoyens ivoiriens pour le renouvellement de leur CNI ( pour les avoir perdu) et les nouveaux majeurs pour une nouvelle demande de 2012 à 2016 payaient un timbre fiscal à 5000 fR CFA à l’ONI.
    Vous avez à cette époque voté à l’unisson à l’assemblée nationale l’ordonnance fixant ce coût en oubliant que cette population était aussi pauvre.
    Arrêtez de vouloir jouer au bon samaritain quand cela vous arrange.
    À chacun sa lorgnette !!

  3. Je tiens à préciser que près de 800.000 pétitionnaires qui ont payé le timbre fiscal à 5000 fR n’ont pas pu avoir leur CNI jusqu’en 2018.
    Le débat je pense devrait se focaliser sur ces citoyens qui depuis sont en attente du sésame après avoir payé pour l’acte de naissance, le certificat de nationalité sans oublier le coût du transport et enfin le timbre fiscal.
    À chacun sa lorgnette !!

Les commentaires sont fermés.