Côte-d’Ivoire réforme Cei, “harcèlement des cadres Pdci”: Les jeunesses EDS et Pdci signent un accord pour des actions communes

blank

Par Connectionivoirienne

Ce n’est pas encore l’alliance formelle dont rêvent certains observateurs de la scène politique. Mais les jeunesses de l’opposition significative et celle du Pdci étaient en contact depuis un temps pour plancher sur les problèmes urgents du moment. Ces contacts ont abouti ce jeudi à la signature d’un protocole d’accord pour des actions communes en deux grands points. La rencontre qui a eu lieu en terrain neutre (La Maison de la presse) au Plateau a été présidée par Koua Justin de la Jeunesse de Eds (Jeds). Innocent Yao pour la Jpdci rurale et Dr Anama Yabo pour la Jpdci urbaine étaient partie prenante.

Les points de l’accord signé sont les préoccupations majeures des deux parties dans le contexte politique actuel. A savoir dans le sous-point numéro 1 – la libération des détenus militaires n’ayant pas bénéficié de l’ordonnance d’amnistie et le retour sécurisé des exilés – la transformation de l’ordonnance d’amnistie en loi – le harcèlement des cadres du Pdci défavorables au parti unifié et enfin la réforme de la Commission électorale avant les prochaines élections locales.
« Les débats se sont déroulés dans une ambiance conviviale », selon Dahi Nestor, porte-parole de la Jeds qui a lu le communiqué final. Les parties ont convenu, en ce qui concerne le point 2 de travailler pour une Côte d’Ivoire réconciliée. Aussi se retrouveront-elles le mercredi 5 septembre 2018 pour une conférence de presse conjointe au cours de laquelle seront dégagées les perspectives de la lutte.

Ces accords, selon Koua Justin ne remettent pas en cause la tenue du meeting du 15 septembre prochain en vue de réclamer la réforme de la Cei. Il a émis le vœu d’y retrouver la jeunesse du Pdci en masse.

« Aujourd’hui la gestion de Ouattara est un danger pour tout ivoirien où qu’il se trouve. En maintenant des Ivoiriens en prison, en confisquant la CEI au profit du Rdr, en maintenant des Ivoiriens en exil, en harcelant des cadres du Pdci, Ouattara devient une menace nationale. Et face à une menace nationale, il faut une mobilisation nationale », a précisé Koua Justin face aux journalistes à la fin du conclave.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Commentaires Facebook