Côte-d’Ivoire : En dépit de la grogne des militants L’Udpci tient à son mariage avec le Rhdp (coalition au pouvoir)

Par Connectionivoirienne

Et pourtant c’est une histoire de « je t’aime moi, non plus ». à la mi-décembre à quelques jours de la tenue des législatives 2016, le parti guéiiste a été éjecté sans ménagement du gouvernement Ouattara où le leader Mabri Toikeusse occupait le stratégique ministère des affaires étrangères. Dans la foulée, Albert Flindé, secrétaire général adjoint du parti, alors conseiller d’Alassane Ouattara est lui aussi remercié. Avec eux, d’autres cadres qui servaient au ministère des Affaires étrangères. La descente aux enfers des cadres Udpci devrait se poursuivre même si l’exécutif observe et tempère.

Des mois ont passé, les législatives se sont tenues, l’Udpci a perdu des circonscriptions et n’a pu constituer un groupe parlementaire propre à lui (une première depuis 2000). Comme lot de consolation, il remporte quelque fois au prix fort, des sièges dans des zones autrefois hostiles comme Dimbokro et Divo.

Avec autant d’écueils et de coups de boutoir du principal allié, le Rdr parti présidentiel, l’Union pour la démocratie et la paix (Udpci) tient à l’alliance portée sur les fonts baptismaux au bord de la Seine en 2005. Pour rien au monde la formation dirigée par Albert Mabri Toikeusse ne veut rompre avec la maison commune, le Rhdp qui lui a tout de même assuré une longévité au gouvernement.
Réunie en bureau politique samedi, l’Udpci, au grand complet et à l’issue de plus de 12 heures de débats houleux, l’a réaffirmé dans le communiqué final ayant sanctionné la rencontre. Par la voix de son secrétaire général adjoint Déli Mamadou, l’Udpci indique qu’il maintient le dialogue avec ses alliés du Rhdp mais dans le respect des intérêts de l’Udpci. Aussi les membres du bureau politique se sont-ils félicités de la gestion de la crise par leur leader depuis la brouille de décembre 2016.

Une résolution que tous attendaient. L’ambiance dans la salle était quelquefois électrique entre la ligne de la rupture totale et celle des conservateurs pour qui il n’y a de salut qu’au sein du Rhdp. Pour le moment ces derniers l’emportent. Mais pour combien de temps encore a regard de la grogne et de l’exaspération d’une partie de la base. Ceux qui pensent que le parti fondé par Guéi doit s’affirmer et s’affranchir de toute contingence pour se faire respecter. Ils estiment que la formation arc-en-ciel très ancrée dans l’ouest du pays a toutes ses chances de se frayer un chemin sur l’échiquier politique. Les dirigeants ne l’entendent pas encore de cette oreille. Ils attendent sans doute que la rupture vienne des autres et non d’eux. En ligne de mire, la présidentielle de 2020 à laquelle Mabri se prépare.

SD à Abidjan.

 COMMUNIQUE FINAL DU BUREAU POLITIQUE DU 1er AVRIL 2017

HÔTEL BELLE CÔTE

SAMEDI 1er AVRIL 2017

Le Bureau Politique de l’Union pour la Démocratie et pour la Paix en Côte d’Ivoire (UDPCI) s’est réuni ce samedi 1er avril 2017, de 11 heures à 21 heures, à l’Hôtel Belle Côte dans la commune de Cocody sous la Présidence du Docteur Abdallah Albert Toikeusse MABRI, Président de l’UDPCI. Etaient inscrits à l’ordre du jour les points suivants :

1- la vie du Parti ;
2- la situation sociopolitique nationale.

I / DE LA VIE DU PARTI

La communication du Président du Parti a porté essentiellement sur le bilan des activités du Parti. Il s’est agi en substance des élections législatives, de l’implantation du parti, du mandat des structures spécialisées et de l’alliance RHDP.

1- Elections législatives du 18 décembre 2016

Le Bureau Politique note, au regard des résultats dans les différentes zones, que l’UDPCI a remporté des sièges dans cinq régions que sont : le Tonkpi, le Loh Djiboua, le N’Zi, le Bélier et le District Autonome d’Abidjan.

Le Bureau Politique enregistre avec satisfaction la représentativité de l’UDPCI sur l’ensemble du territoire national.

Le Bureau Politique félicite les députés et leurs suppléants pour leur brillante élection aux législatives du 18 décembre 2016 et encourage tous les candidats non élus à demeurer au contact des populations.

Le Bureau Politique se félicite de l’Accord Politique intervenu avec l’UPCI et exprime sa gratitude au Président de l’UPCI, le Ministre GNAMIEN Konan pour cette marque de confiance qui a conduit à la mise en place du Groupe Parlementaire UDPCI à l’Assemblée Nationale.

2- Implantation du Parti

Le Bureau Politique note les avancées enregistrées au niveau de l’implantation du Parti au vu du nombre des coordinations installées et invite le Secrétariat Général à poursuivre l’opération d’implantation par une présence plus assidue sur le terrain afin de remobiliser les militants à la base.

3- Fin du mandat des structures spécialisées

Le Bureau Politique note la fin du mandat du Président National de la Jeunesse et de celui de la Présidente Nationale des Femmes de l’UDPCI.
Le Bureau Politique décide de la prorogation du mandat des Présidents de ces deux structures spécialisées jusqu’au prochain Congrès Ordinaire du Parti.
Dans l’attente, le Bureau Politique invite les responsables des organes spécialisés à présenter leur bilan à la Direction du Parti.

4- Alliance RHDP

Le Bureau Politique félicite le Président du Parti pour la dextérité avec laquelle il a géré le désaccord politique né des candidatures aux dernières élections législatives.

Le Bureau Politique réitère son soutien total au Président du Parti, le Docteur Abdallah Albert Toikeusse MABRI.

Le Bureau Politique demande au Président du Parti de maintenir les échanges avec nos alliés en vue du retour de la cohésion au sein du RHDP tout en préservant l’intérêt supérieur de l’UDPCI.

Le Bureau Politique engage le Président du Parti à le consulter ainsi que la base en cas de nécessité.

II/ DE LA SITUATION SOCIOPOLITIQUE NATIONALE

Relativement à ce point, le Président du Parti a passé en revue plusieurs sujets d’intérêt national, au cœur des préoccupations quotidiennes des populations, portant notamment sur : les mutineries à répétition, la grève des fonctionnaires et des agents de l’Etat, le scandale financier relatif à l’Agrobusiness, les prix bord champs du cacao et des autres spéculations et la cohésion nationale.

En ce qui concerne les mutineries à répétition, le Bureau Politique demande au Gouvernement de mettre en œuvre de façon effective la loi de programmation militaire afin de doter la Côte d’Ivoire d’une armée républicaine.
La paix, la stabilité et le développement inclusif dans notre pays sont à ce prix.

A propos de la grève des fonctionnaires et des agents de l’Etat, le Bureau Politique encourage le Gouvernement à poursuivre le dialogue social à la satisfaction de toutes les parties prenantes.

Relativement à l’affaire de l’Agrobusiness, le Bureau Politique appelle le Gouvernement à prendre toutes les dispositions utiles pour garantir les intérêts des victimes dans les meilleurs délais.

Concernant le cacao et tous les autres produits agricoles, le Bureau Politique de l’UDPCI demande au Gouvernement de tout mettre en œuvre pour offrir un prix plus rémunérateur aux braves paysans.

Le Bureau Politique encourage le Gouvernement à poursuivre les efforts pour l’emploi, surtout des jeunes, à agir davantage en faveur de la réduction du coût de la vie pour améliorer les conditions des ménages les plus vulnérables en élargissant l’assiette des bénéficiaires des filets sociaux et en revoyant le niveau de ces appuis.

Par ailleurs, le Bureau Politique de l’UDPCI en appelle au sacrifice et à un sens élevé de responsabilité en vue de ressouder le tissu national et renforcer la cohésion sociale entre les différentes composantes de la nation ivoirienne.

L’ordre du jour étant épuisé, le Président du Parti a levé la séance, après avoir invité les membres du Bureau Politique à rester mobilisés pour les importants combats à venir.

Fait à Abidjan, le 1er avril 2017

LE BUREAU POLITIQUE “.

NB : Le titre et le chapeau sont de la rédaction

Une présentation de Ouédraogo Alice

Alerte info/Connectionivoirienne.net/Afrikipresse

Commentaires Facebook