La Côte-d’Ivoire lance un ultime appel aux ex-combattants à s’enrôler avant de 30 juin

pix_1432991022e130342_1

Abidjan – Le directeur général de l’Autorité pour le désarmement, la démobilisation et la réinsertion (ADDR) en Côte d’Ivoire, Fidèle Sarassoro, lance un ultime appel aux ex-combattants non encore insérés dans le tissu socioéconomique à se faire enrôler avant le 30 juin, date marquant la fin du processus de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) en Côte d’Ivoire.

“En ce moment nous sommes totalement déterminés, a traiter l’ensemble des ex-combattants ; donc je voudrais vraiment leur lancer un appel pour qu’ils viennent, qu’ils viennent massivement, avant le 30 (juin) pour que l’ADDR puisse les aider à avoir une vie normale, de sorte que leur désir soient réalisés”, a déclaré M. Sarassoro, lors d’un déjeuner de presse, jeudi à l’hôtel Tiama du Plateau, avec des rédacteurs en chef de médias.

“Ils n’ont rien à craindre, absolument rien à craindre”, a ajouté le DG de l’ADDR, insistant qu’au-delà du 30 juin, ils seront forclos.
A ce jour, 54.424 ex-combattants ont été réinsérés ou sont en cours de réinsertion en Côte d’Ivoire, sur un effectif global potentiel de quelque 64.000.
Concernant les ex-combattants vivant dans des pays de la sous-région comme le Libéria, Fidèle Sarassoro espère qu’avec la levée prochaine de la ceinture sécuritaire sanitaire mis en place en Côte d’ivoire dans le cadre de la lutte contre la fièvre Ebola, ces derniers rentreront en masse au pays et seront pris en compte dans le processus DDR.

Plusieurs milliers de jeunes ivoiriens se sont engagés aux côtés des différentes belligérances durant la décennie de crise militaro-politique que le pays a traversé de 2002 à 2011.

Depuis la fin de la crise postélectorale (2010-2011), un processus de DDR est en cours dans le pays. Ce processus qui prend fin le 30 juin, est marqué depuis ces dernières semaines par le déguerpissement d’ex-combattants des sites militaires et civils illégalement occupés à Abidjan et à l’Intérieur du pays, à travers l’”opération Bonheur” initiée par l’Etat major général des Forces républicaines de Côte d’Ivoire.
Pour l’heure, 3059 ex-combattants ont été démobilisés dans le cadre de cette opération qui se poursuit. Ces derniers sont pour la plupart en instance de resocialisation en attendant leur réinsertion.
(AIP)

Commentaires Facebook

Les commentaires sont fermés.