Côte d’Ivoire CEI – Adama Ouattara [MIRE] à Alassane Ouattara “les mêmes causes produisent les mêmes effets”

mir

Mouvement Ivoirien pour le Renouveau et l’Espoir MIRE

Déclaration du Mouvement Ivoirien pour le Renouveau et l’Espoir (MIRE) relative à la problématique de la Commission Électorale Indépendante (CEI)

La Côte d’Ivoire s’active à la préparation de l’élection Présidentielle qui aura lieu dans le dernier trimestre de l’année 2015. Le Mouvement Ivoirien pour le Renouveau et l’Espoir (MIRE) a décidé de prendre part à cet important scrutin qui va déterminer l’avenir de tous les Ivoiriens.
Le MIRE, soucieux de la préservation de la Paix et de la Cohésion Sociale, ne ménage et ne ménagera aucun effort pour éviter à notre pays de revivre les événements malheureux qui l’ont endeuillé lors de la dernière élection Présidentielle.

En effet, pour que l’élection Présidentielle d’octobre 2015 se déroule dans la quiétude et la paix comme dans les pays démocratiques, il est impératif que tous les acteurs de la vie politique soient rassurés par l’organisme chargé de faire respecter le jeu démocratique.
Mais, il se trouve que la Commission Électorale Indépendante (CEI), structure mise en place pour l’organisation d’élections justes et transparentes, est contestée.
Sa crédibilité est mise en cause. Cette contestation se justifie dans la mesure où la CEI a fait montre de son incapacité à proclamer les résultats dans les délais légaux, ouvrant ainsi la voie à la contestation des résultats des élections.

Vu l’arbitrage plus ou moins ambiguë par lequel cette Institution s’est illustrée pendant l’élection Présidentielle de 2010 et qui a été l’un des éléments déclencheurs de la grave crise qui a occasionné plus de 3000 morts, il est inopportun et inadmissible que celle-ci organise les prochaines élections surtout avec la reconduction de son Président.

Rappelons que lors de la dernière élection Présidentielle de 2010, le candidat du PDCI avait porté une accusation grave sans que cela ne soit démenti sur le fait qu’il avait été spolié par la CEI de 600 000 voix d’électeurs et cela a eu pour conséquence son élimination pour le second tour de ce scrutin.
Le Président d’alors, candidat à sa propre succession a même confirmé ce tripatouillage des résultats par la CEI, aux pages 137 et 138 de son livre intitulé « Pour la Vérité et la Justice » écrit par François MATTEI.
A l’issue du second tour de cette même élection, des fraudes ont été dénoncées par les deux candidats en lice et chacun s’est auto-proclamé vainqueur, sans que la Commission Électorale Indépendante ne puisse faire accepter son verdict.
Malgré la certification du résultat par le Représentant Spécial de l’ONU en Côte d’Ivoire, le pays sombra dans la guerre.

A l’analyse de tout ce qui précède, les mêmes causes produisant les mêmes effets, il est très facile de démontrer que la CEI n’est pas la structure qu’il faut pour organiser des élections apaisées, surtout qu’elle n’a plus la confiance du peuple et des partis de l’opposition.
La Commission Électorale Indépendante n’étant pas aussi « INDEPENDANTE » que son nom lui impose, il est inacceptable que l’institution qui est chargée de veiller sur le choix du peuple, soit aux ordres d’un quelconque pouvoir politique et pire quand elle se met à la disposition d’un pouvoir OLIGARCHIQUE qui ne pense qu’à faire perdurer cette manière inique de gouverner.

Le Mouvement Ivoirien pour le Renouveau et l’Espoir (MIRE) partageant les mêmes inquiétudes sur la fiabilité et l’impartialité de la Commission Électorale Indépendante (CEI), estime qu’il serait salutaire de dissoudre celle-ci afin d’éviter qu’elle nous reconduise dans des violences électorales.

Le MIRE préconise que l’organisation matérielle des élections soit confiée à la Société Civile et au Ministère de l’Intérieur. Mais, que le contrôle, la proclamation et la certification des élections soient du ressort de la Communauté Internationale composée de la CEDEAO, l’Union Africaine (UA), de la Francophonie et de l’ONUCI.

Ainsi, la Commission Électorale Indépendante pourrait être remplacée par un nouvel organe qui serait dénommé Commission de Contrôle des Élections (CCE).
Cette nouvelle Structure Neutre aurait en charge de veiller au bon déroulement des élections sur toute l’étendue du territoire ivoirien et dans tous les bureaux de vote à l’étranger.

Fait à Abidjan, le 03 novembre 2014

Le Président du MIRE

Adama OUATTARA

Commentaires Facebook

Les commentaires sont fermés.