Abidjan – l’état major pro-Gbagbo dément l’arrestation du lieutenant colonel Lacina Doumbia

Le Cema

L’état major des forces pro-Gbagbo dément l’arrestation d’un officier supérieur

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) L’Etat major des forces de défense et de sécurité (FDS), restées fidèles au président Laurent Gbagbo dont le départ du pouvoir est réclamé par la communauté internationale, a démenti vendredi avoir mis aux arrêts le lieutenant colonel Lacina Doumbia comme relayé par un journal dans sa livraison de ce jour.

« L’Etat major des armées assure les populations que le lieutenant colonel Doumbia Lacina, chef de corps du premier Bataillon d’infanterie implanté au nouveau camp d’Akouédo, a toujours été à son poste et y sera encore après la parution de cet article mensonger » a déclaré le colonel Hilaire Babri Gohourou.

“Cet officier de grande valeur”, a-t-il rappelé « vient d’ailleurs de participer à une réunion de commandement le mercredi 9 février 2011 au premier bataillon du génie basé à Adjamé » aux côtés du commandant des forces terrestre, le général Détoh Létoh.

Le général de corps d’armée, Philippe Mangou, chef d’Etat major des forces de défense et de sécurité « s’insurge contre ce genre d’affabulation portant délibérément atteinte d’une part à l’honorabilité et à l’mage des personnes ainsi diffamées et d’autre part à l’éthique de fonctionnement de l’institution militaire ».

Selon le porte parole des FDS, le général Mangou, « s’élève également contre les informations tendancieuses contenant dangereusement en elles des germes de division comme celle donnée par le journal Nord Sud Quotidien.

Enfin, a-t-il ajouté « l’état major rappelle à tous les journalistes exerçant sur l’ensemble du territoire national désireux de s’informer avec précision sur les armées ivoiriennes et leurs activités que l’Etat major des armées se tient à leur disposition ».

Le président sortant, Laurent Gbagbo, refuse de céder le pouvoir à son rival Alassane Ouattara, dont la victoire a été déclarée par la Commission électorale indépendante, validée par les Nations unies, mais rejetée par le Conseil constitutionnel ivoirien dirigé par un proche de Gbagbo.

Commentaires Facebook

Les commentaires sont fermés.