Pour résistance à son hold-up électoral – Gbagbo et son clan “sanctionnent” de hauts fonctionnaires

Le préfet de la vallée du Bandama M. Konin Aka

Côte d’Ivoire: De hauts fonctionnaires sanctionnés
Notre Voie

Abandon de poste, non reconnaissance de la légalité constitutionnelle – Le gouvernement du premier ministre Aké N’Gbo a pris des mesures qui font grincer des dents chez certains hauts fonctionnaires qui ne répondent pas à leur poste. Il s’agit de la suspension des salaires de ceux qui brillent par leur absence ou qui ne reconnaissent pas la légalité constitutionnelle, préférant se mettre au service de Dramane Ouattara.

Les premiers concernés ont été moins d’une demi-douzaine de préfets, dont celui de la région de la vallée du Bandama. Les prochains sur la liste sont des diplomates qui refusent de se mettre au service de la république incarnée par le président Laurent Gbagbo. Si l’attitude du gouvernement semble banal, car seul celui qui travaille a droit à un salaire, celle des personnes concernées est plutôt curieuse.

De source bien introduite, elles se plaignent de la sanction prise et crie à l’injustice, alors que la logique voudrait qu’elles s’adressent au locataire à temps partiel du Golf Hôtel. Pis, la représentation diplomatique de la France, sur laquelle a fait illégalement main basse Dramane Ouattara avec la complicité de Sarkozy, se plaint de ce que le salaire de l’ensemble du personnel de l’ambassade ne passe pas dans le compte de l’ambassade qui est à leur disposition, mais directement dans leurs numéros de compte respectifs.

Cette méthode les privant de manipuler l’argent des fonctionnaires et agents de l’Etat qui se reconnaissent encore dans le pouvoir Laurent Gbagbo. Ainsi, pendant que Dramane Ouattara et les siens appellent à l’asphyxie économique des Ivoiriens, veulent-ils continuer de se faire payer sans travailler par le gouvernement Aké N’Gbo et donnent de la voix en cas de simple suspension de salaire.

Herman Bléoué

Titre J-ci.net

Commentaires Facebook

Les commentaires sont fermés.