Universités ivoiriennes mal classées – Diawara tenté par le recrutement international d’enseignants

C’est un fait. Aucune des universités publiques ivoiriennes ne figure dans les différents classements des meilleures universités africaines. Hormis l’Inp-Hb qui occupe un rang peu honorable (157e). Pour le ministre Adama Diawara, cette situation est inacceptable au regard des investissements réalisés par l’état de Côte d’Ivoire ces dernières années.

Il l’a encore dit jeudi 9 mars 2023, à l’hôtel Palm club, en marge d’une cérémonie de présentation des projets financés par le Fonds pour la science, la technologie et l’innovation (Fonsti). Le ministre qui doute toujours des compétences locales a déclaré que des universités comme Check Anta Diop du Sénégal qui sont dans le classement africain ne le sont pas ex nihilo. Elles se distinguent surtout par la qualité de leur recrutement d’enseignants en faisant des appels à l’international. Pour le ministre figurer dans un classement a un prix. C’est pourquoi il a déjà engagé le Fonsti à trouver des solutions dans le cadre d’un comité.

“Si on veut se comparer aux autres, il faut faire comme les autres”, s’est convaincu Adama Diawara pointant le recrutement à l’extérieur du pays quel qu’en soit le coup. D’ailleurs, il a dit que l’état payait déjà cher que d’autres pays de la sous-région en matière de salaire. Il a donné le montant 721.000 comme salaire d’un assistant débutant en Côte d’Ivoire. Salaire majoré, dit-il, d’une prime de recherche de 2 millions par an.

Des propos tenus dans un contexte de tension entre le gouvernement et les diplômés docteurs qui demandent des postes dans l’administration publique y compris dans l’enseignement supérieur. Le chiffre de 3000 docteurs est souvent évoqué du côté des associations mais le ministre Diawara avance en avoir déjà recuté 2000.

SD à Abidjan
sdebailly@yahoo.fr

Commentaires Facebook