L’Ouest de la Côte-d’Ivoire n’écoute plus les va-t-en-guerre “pouvoiristes” à Abidjan et en Europe

L’ouest ivoirien semble avoir fait sa mue, elle se désintéresse de plus des mots d’ordre venus d’Abidjan, lancés par les cadres de certaines fractions politiques de l’opposition.

Certains comme Blé Guirao et Mabri tout juste passés à l’opposition après près de 20 années de complicité avec le RDR, sont taxés de sincérité douteuse. Mamadou Koulibaly jamais inquiété…

Contrairement à la crise 2002 à 2011, les affrontements actuels restent concentrés dans les parties centre et sud akan du pays où les militants des deux grands alliés du RHDP d’hier s’affrontent.

L’ouest a compté et pleuré ses dizaines de milliers de morts, a eu un de ses fils ancien chef de l’État tué, a connu les atrocités du quartier carrefour…Non, le Guémon, le Cavally et le Tonkpi n’ont pas encore fini de panser leurs plaies, et ne souhaitent pas revivre les affres de la guerre.

La Côte-d’Ivoire doit écouter ce message que l’ouest lui envoie et doit apprendre des expériences des peuples Wobé, Guéré, Malinké, Mossi et Dan en justice transitionnelle.

Hervé Coulibaly

Appel à la marche de l’opposition: La situation était paisible lundi à Duékoué

La situation est paisible à Duékoué, hier, malgré l’appel à la marche de l’opposition, a constaté l’AIP.

Les populations n’ont pas répondu à l’appel de l’opposition à organiser des marches pour marquer la désobéissance civile. Vaquent tranquillement à leurs occupations en ce grand jour de marché de la ville.

Certains riverains se disent exténués par ces moments d’instabilité enregistrés par la ville qui empêchent le bon déroulement de leurs activités.

La ville de Duékoué avait compté de nombreux morts et des personnes disparues dans le cadre de la crise ivoirienne de 2010-2011.

Fratmat.info

Commentaires Facebook