Côte d’Ivoire – Quand l’ex ministre Lia-Bi Douayoua “sonne agréablement” Pascal Affi N’Guessan

10885235_639522086156434_2022929474727118024_n

Le Mardi dernier 23 Décembre 2014 à Mbadon (16h30) et Attecoubé (18h30) en compagnie de Marie-Odette LOROUGNON, le ministre Lia Bi Douayoua très proche ami d’affi à qui ce DERNIER reste devoir beaucoup n’a pas porté de gants pour dénoncer sa trahison et pris l’engagement de le combattre sans ménagements et de le vaincre. Pour ne pas en rajouter à ces propos purs et sans boutons, je vous prie de lire le résumé de cette intervention très salée.

Propos de Lia Bi Douayoua :

«Affi et moi, nous sommes des amis depuis 41 ans. Quand on a un ami, la plus grande traîtrise, c’est de ne pas lui dire la vérité. Depuis Accra, je lui disais toujours, que le chemin qu’il emprunte contre le Président Laurent Gbagbo n’est pas bon. Et que les actes qu’il pose sont dangereux pour-lui-même. Mais, j’ai aussi écris des notes que j’ai encore sur mon ordinateur.

Le mardi 11 Novembre 2014, je suis allé le rencontrer pour lui dire que la candidature Laurent Gbagbo n’est pas seulement une affaire de Fédéraux, mais c’est lui même qui veut prendre la direction du Fpi pour booster son problème avec la Cpi. Et qu’il soit l’élément central et au cœur des débats. Il ne faut même pas attendre que tu apprennes ça. Mais dès lors que le Président Laurent Gbagbo a décidé de reprendre le flambeau du parti, je ne te vois pas toi mon ami, aller à un congrès candidat contre Laurent Gbagbo. Donc ne dépose pas ta candidature. Et si d’aventure, si tu entends qu’il y a la confirmation de la candidature de Laurent Gbagbo, retires la tienne.

Pendant un mois, nous nous sommes battus pour essayer de lui faire comprendre que la position dans laquelle il est, n’est pas possible, elle n’est pas juste, elle n’est pas tenable, dans un parti qu’on appelle le Fpi. Mais mon ami ne pas écouté, il ne m’a pas suivi, donc il a pris son chemin, moi j’ai pris le mien, c’est pourquoi je suis devant vous aujourd’hui.

Affi est en train de se suicider politiquement. Et je lui ai dit que nous sommes entrés ensemble au Fpi. Mais nous ne sommes pas dans une secte. C’est dans une secte que le gourou demande à ses adeptes, un suicide et les adeptes suivent dogmatiquement. Et sur ce chemin suicidaire qu’Affi est en train de prendre, je ne peux pas du tout m’y aventurer. S’il veut se suicider, alors qu’il le fasse tout seul, je l’en suivrai pas.

Le Fpi est un parti créé pour se battre. Quel que soit l’adversité, nous sommes condamnés à nous battre et notre combat dépasse le cadre du Fpi. C’est pourquoi, les militants n’ont pas le droit de désespérer, car ce sont les idées du Président Laurent Gbagbo qui nous ont emmenés au Fpi. Nous sommes condamnés à nous battre pour le triomphe de ces idées.

Et quant on est dans une cause qui est juste, l’espoir se crée toujours ».

Commentaires Facebook

Les commentaires sont fermés.